mardi 30 mai 2023

Sujet du Merc. 31/05/2023 : " Où que tu sois, creuse profond". Nietzsche

 

où que tu sois, creuse profond".  Nietzsche

Si les hommes marchaient sur la tête, penseraient-ils autrement ? Je veux dire, la proximité du sol, de la terre, les rendraient-ils moins … tête en l'air ? Le problème de la philosophie viendrait-il de notre position dans l'espace ? Les pieds sur le sol, la tête dans les nuages. Oh, c'est vrai pas si haut. Mais la tendance est là. Et puis dès qu'on a appris à marcher, pourquoi regarder le sol ? On oublie même qu'on a dû apprendre à marcher. On regarde l'horizon et on cherche à savoir ce qu'il y au-delà. On regarde le ciel et on est saisi par l'infini de ce que l'on voit : les astres, les étoiles … inaccessibles. Alors on se met à rêver et puis on se rappelle Nietzsche : " où que tu sois, creuse profond ….".

 

Drôle d'idée. Idée de fossoyeur. Que vient-il nous raconter ce philosophe qui devint fou. Creuser, mais pour quoi faire ?  L'herbe que nous broutons ne nous suffit-elle pas ? La beauté des pâquerettes et des chênes ne comble-t-elle pas nos cœurs émus ? Et ces étoiles qui scintillent au plafond de la chapelle Sixtine ne sont elles plus le signe de notre devenir : poussière d'étoiles.

Ne suffit-il pas de vivre comme la bête du troupeau ? encore faudrait-il creuser profond, comme pour creuser sa tombe ? Plaisir morbide que tout mortel sensé rejette comme la dernière des propositions indécentes. Creuser, mais ça fatigue ! Rêver, imaginer, laisser flotter sa tête hors de son corps - homme-hors-sol - mais quel bonheur !

Ainsi va le monde, les plantes qui nous nourrissent, les animaux que nous ingérons, les fruits que nous savourons, sont peu à peu devenus à notre image, comme nos dieux. Qu'il pleuve, vente ou neige, plus de soucis, leurs racines, leurs sabots, leurs pattes, ne leur servent plus à rien. Seul compte ce qui dépasse. Ce que l'on voit. Et on se moque du reste.

Alors le philosophe s'acharne. Inlassablement il répète : "où que tu sois creuse profond …" et les têtes humaines ont bien du mal à le suivre, si sûres de leur supériorité. Si persuadées de l'évidence de leurs créations sublimes. Comment après tant de siècles et de millénaires, comment après tant de progrès dans les arts et les sciences, comment après tant de génies : Sophocle, Platon, Galilée, Newton, Einstein et quelques autres, comment nous proposer - où que nous soyons - de "creuser profond"; nous qui avons fait cent fois la preuve que nous sommes si "profonds".

L'homme moderne décidemment à du mal à retenir sa tête qui, comme un ballon d'enfant, prend du volume en se remplissant d'air et qu'il contemple, ravi par le chef d'œuvre de la baudruche.

Et pourtant de petits incidents devraient alerter  homo sapiens. Que l'âge ou la maladie vienne et voilà que ses articulations lui font mal, mille maux le guettent et sa tête n'y peut rien. Inexorablement ses facultés mentales vont s'amenuiser, tout comme son corps va s'éteindre. Alors ils se lamente, ou il subit; mais quoiqu'il en soit il n'y peut rien. Alors - cas majoritaire - il se console. Après la mort il ira ….. au ciel, bien sûr ( si quand bien même on l'ensevelit ), rejoindre la chimère qu'il a inventé pour apaiser son angoisse. Ou bien - cas minoritaire - il considère qu'il va restituer au cosmos les quelques particules élémentaires qu'il lui avait emprunté pour le temps de sa vie.

Homo sapiens devrait être plus pertinent. Levant les yeux au ciel il devrait s'apercevoir que celui-ci n'est pas remplit de cadavres, mais que le sol - lui -, la terre - elle -, en sont jonchés.

S'il veut dévoiler son avenir il faut qu'il devienne un archéologue de la pensée, il devrait prendre au sérieux l'injonction de Nietzsche : " où que tu sois, creuse profond ….". Il n'y a rien a attendre du ciel et des chimères que les hommes y ont placé. Mais que de secrets encore dans cette terre que nous piétinons allégrement comme si elle était un dû. Les peuples anciens ne s'y étaient pas trompés, eux. S'est-on posé la question de savoir pourquoi ils la respectaient tant ? Tout vient de là, eau, nourriture, conception de l'espace et du temps ; idées donc.

Pourquoi les puissants ont-ils toujours méprisés ce dont ils tiraient leurs ressources ?  Pourquoi les puissants de ce monde ont-ils eu recours aux esclaves, aux serfs, aux paysans, aux ouvriers, pour remuer, fouiller, ensemencer, retourner, creuser, forer cette terre, lui arracher ses richesses, pendant qu’eux se consacraient à des tâches bien plus "nobles" : la guerre, édifier des palais, payer des artistes et des clercs… ?

Si nous voulons enfin arrêter de marcher sur la tête, tout en vivant comme une croyance que nous ne sommes que des êtres bipèdes tributaires du sol et de la gravité, opérons un retournement dialectique : marchons sur nos pieds et remettons notre tête à sa juste
place : petit logement d'un conscience toute récente de ce que nous sommes et du monde qui nous entoure. Prolongement de nos sensations. Et avec nos mains et une vue acérée, creusons la terre qui est notre réalité tangible. Nous y découvrirons des racines qui s'enfoncent toujours plus loin, toujours plus profond. Soyons persuadés que nous n'atteindrons point la profondeur du raisonnement par le haut (la métaphysique se plie elle aussi aux lois de la gravitation ! ), mais en étant radicaux, c'est-à-dire, au sens strict, en ALLANT A LA RACINE  de toute chose.

Alors peut être comprendrons nous mieux l'injonction du philosophe : " où que tu sois, creuse profond, n'écoute pas les hommes en noir, crier "en bas c'est toujours
 l'enfer !", en bas jaillit la source
".


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

1 - Tout commentaire anonyme (sans mail valide) sera refusé.
2 - Avant éventuelle publication votre message devra être validé par un modérateur.

Sujet du Merc. 26 Juin 2024 : Critique de l’apolitisme ?

                                        Critique de l’apolitisme ? "Une opinion commune traite ces dernières années comme des années ...