lundi 25 février 2019

Sujet du Mercredi 27/02/2019 : La république sociale, produit de la philosophie politique ?


       La république sociale, produit de la philosophie politique ?

La philosophie à partir de Socrate se pose la question de la gestion de la cité. Quel gouvernement, quel rapport entre les différentes classes de la société devons-nous instaurer pour une bonne gestion de la cité ? La question de la lutte de classe est la suivante : comment assurer la domination de la classe dirigeante sans provoquer la révolte. Cette question est au cœur de la philosophie politique.
Après la chute de l’empire romain et surtout la fermeture de la dernière école de philosophie par Justinien jusqu’à la renaissance pour la religion chrétienne ou musulmane, Dieu est le seul organisateur de la vie des individus. Ses représentants sur terre, religieux ou laïcs, organisent la vie de la cité et de ses membres suivant ses lois. Il y a dans ces deux époques des tentatives de sociétés égalitaires.
Fin du XIV, début XVième : moment où les fortunes immobilières héritées de la fin de l’empire romain d’occident et de la féodalité rentrent en concurrences avec les fortunes mobilières qui se sont constituées dans les villes. La bourgeoisie naissante veut une parcelle de ce pouvoir. Les grandes villes, où la bourgeoisie est fortement représentée, acquièrent des parcelles d’autonomie. La philosophie politique revient dans le débat public (Machiavel, Montaigne, La Boétie, Rabelais). Avec les découvertes et la colonisation du  « Nouveau Monde », les antagonismes augmentent de plus en plus entre la noblesse (richesses immobilières) et la bourgeoisie (richesses mobilières). Les philosophes des Lumières vont devenir des facteurs importants de ce débat. En Angleterre nous assistons à une fusion entre les deux, noblesse et bourgeoisie. En France, l’antagonisme va se traduire par la grande révolution.
La grande révolution va être le laboratoire de deux positions issues des Lumières. Même si en 1789, elles paraissent unies face au parti royaliste. D’un côté nous avons Voltaire : ‘’un pays bien organisé est celui où le petit nombre fait travailler le grand nombre et nourri par lui et le gouverne ‘’, et de l’autre Rousseau, le contrat social, le gouvernement de la volonté générale. Mais cela ne suffit pas. Il faut que l’exploité prenne conscience de sa condition d’exploité.
Les députés qui vont devenir les girondins, dès la constituante, sont pour Voltaire. Les futurs jacobins sont pour Rousseau. Pour les girondins, les amis de la liberté (Ils s’appellent ainsi). La première des libertés, c’est la liberté économique. L’état n’a pas à intervenir dans les affaires privées surtout les affaires commerciales. L’état doit les aider à conquérir de nouveaux marchés, à faire face aux crises économiques. Condorcet écrit la constitution girondine de 1793, constitution jamais adoptée, constitution complexe qui permet à la bourgeoisie de garder le pouvoir malgré le suffrage universel.
L’instruction publique pour Condorcet doit récompenser le mérite de ceux qui avantagent la bourgeoisie.
Pour Marat et les Jacobins, la liberté individuelle est la première des libertés. Elle ne peut être garantie que par l’égalité. La constitution jacobine de 1793, qui va être voté mais jamais appliquée, est le socle de cette République sociale. Pour garantir cette égalité, dans le préambule : la déclaration des droits de l’homme de 1793, toute une série d’articles, article 21 : la société doit la subsistance aux citoyens malheureux, soit en leur procurant du travail, soit en assurant les moyens d’exister à ceux qui sont hors d’état de travailler, un autre article sur le droit à insurrection, sur la liberté de culte, plusieurs articles sur le droit international. Il (le gouvernement de la république) ne s’immisce point dans le gouvernement des autres nations. Il ne souffre pas que les autres nations s’immiscent dans le sien, ou encore ‘’ il donne asile aux étrangers bannis de leur patrie pour la cause de la liberté. Il la refuse aux tyrans. »  Le théoricien de l’enseignement Louis-Michel Lepeletier de Saint Fargeau,‘’il faut empêcher les riches de s’instruire plus vite de les pauvres’’ . Pour cela son décret voté par la convention, la république prend entièrement en charge tous les enfants de 5 à 12 ans en pension pour l’instruction et l’éducation financé par un impôt progressive pour palier à la disparité de richesse. Pour Hérault de Séchelles rapporteur de la constitution, il faut maintenir la primauté de la représentation nationale, une assemblée unique de 600 élus. L’assemblée contrôle l’exécutif et le judiciaire. L’autre centre du pouvoir les assemblés primaires (assemblée communale). Les élections sont au suffrage universel. Un décret de Robespierre va être refusé : celui limitant le droit de propriété et la transmission de l’héritage. Condorcet proteste en disant que la constitution montagnarde est un dictature de l’assemblée, lui qui avait écrit une constitution qui était une dictature de l’oligarchie sur le peuple.
Après la chute de Robespierre et des jacobins radicaux, leurs idées d’égalité, de liberté individuelle, d’instruction publique, la république sociale, un véritable socle, vont être entretenues et propagées par Babeuf, Buonarroti et les premiers socialistes, en Belgique, en Angleterre, en Italie, en Allemagne. Ils se présentent comme les héritiers de la république sociale de Robespierre. La dictature du grand nombre sur le plus petit, ne conduit elle pas,  à la dictature du prolétariat dans le manifeste du parti communiste de Marx ?
La commune de Paris va reprendre une grande partie de l’œuvre de la convention montagnarde. Marx considère que la commune de Paris est la forme organisationnelle de la dictature du prolétariat. Il y a continuité entre l’universalisme de la République sociale des jacobins et la République universelle des soviets.  Aujourd’hui avec le libéralisme économique nous sommes dans une dictature de l’oligarchie qui n’a que faire des frontières même les frontières sont un obstacle pour son conseil d’administration. Dans chaque nation les travailleurs ont acquis par leur combat un certain nombre de droits, des acquis qui empêchent le conseil d’administration de l’oligarchie de faire plus de plus-value.
Existe-t-il en philosophie politique une alternative à ces deux dictatures ?
Bibliographie :  Mathiez tous ces livres, Soboul 3 tomes sur la révolution , Badinter sur Condorcet
Conférence de Florence Gauthier ‘’Guillemin et Robespierre’’ , la convention le décret de Lepeltier de Saint Fargeau : https://www.monde-diplomatique.fr/mav/131/LEPELETIER/51495

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

1 - Tout commentaire anonyme (sans mail valide) sera refusé.
2 - Avant éventuelle publication votre message devra être validé par un modérateur.

Sujet du Merc. 2/06/2024 : Philosophie et religion.

                                                  Philosophie et religion. Le divorce nécessaire entre philosophie et théologie     Les re...