dimanche 22 octobre 2017

Sujet du Merc. 25 Oct. 2017 : Existe-t-il des violences nécessaires ?



Existe-t-il des violences nécessaires

Ce sujet de la Violence, m'interpelle, car devant les pertes de repères idéologiques se référant à des théories révolutionnaires, émancipatrices, ou supposées l'être ,nous assistons à l'émergence de ce que l'on désigne par" Violence aveugle"; par opposition  à une Violence qui, elle, serait censée avoir des yeux et VOIR.!..Et donc, justifiable.

Si l'attentat contre Charlie-Hebdo, se rattachait à une forme de terrorisme classique, qui a "prospéré "dans les années 70/80 (cible clairement identifiée, revendication structurée), ceux qui ont suivi, comme d'autres dans les années 2000/2010(Gare d'Atocha, les victimes étant des gens de banlieue qui se rendaient à leur travail, dont de nombreux immigrés) pose des questions.

les  derniers attentats en France (Bataclan, Nice ,le Père Hamel) laissaient entrevoir des "profils" nouveaux, pour ma génération, nourrie aux discours structurés, condamnables peut être, avec Action directe, Fraction armée Rouge("Bande à Baader"),OLP dans les années 70/90,mais "chargée" en contenu idéologique (Vietnam, Palestine, défense de la Cause Prolétarienne, etc...).

Les derniers attentats en France, comme en Angleterre (Manchester) ont laissé entrevoir  des profils de petits délinquants, ou de jeunes hommes ayant des problèmes psychologiques importants, avec des justifications idéologiques indigentes, quand il ne s'agissait pas de la négation  de leur acte, c'est à dire du refus d'assumer. Nous sommes loin d'idéologues, ou de militants formés intellectuellement, comme pouvaient l'être un Carlos, ou Andreas Baader, non seulement revendiquant mais assumant. Avec un discours , de négation de l'autorité judiciaire, à savoir une "Justice-bourgeoise"(comme s'il était honnête ,intellectuellement, d'être jugé par une Justice, censée être complaisante!) qui permettait aussi, durant les Procès ,médiatisés, d'être une tribune. Alors que, sans difficulté, nous pouvons imaginer le Procès du seul  survivant du Groupe-Bataclan, niant sa participation, au mieux la minimisant.

Il y a 40 ans, un avocat brillant pouvait justifier la revendication d'un attentat ciblé, idéologiquement....la victime étant impliquée.

Qui peut, de nos jours, défendre le massacre  de 89 personnes, essentiellement des jeunes, réunis, pacifiquement, pour écouter un concert ? qui peut accepter l'idée qu'un camion écrase et tue des dizaines de gens, un soir de 14  Juillet.
Pour conclure sur ce chapitre, je souhaiterais que l'on réfléchisse à cette forme de violence, qui semble être une Fin, et non pas un moyen.
Je pense que la Violence politique est toujours une forme de faiblesse, qui se substitue à l'incapacité de convaincre.

Le fait d'assassiner des soldats allemands pendant l'Occupation, par  la Résistance était une violence justifiée. L'évolution de cette période n'aurait-elle pas été "autre", si l'occupant s'était heurté dès 40 à une grève générale (Trains, ports, usines, etc...), ainsi qu'à des manifestations de masse?
De nos jours, imaginons les conséquences d'une grève générale et massive dans les territoires palestiniens.

La Violence n'existe aussi que parce qu'elle se voit. Qui a en mémoire, parmi les "massacres de la République "l'extermination sauvage de 100 000 Malgaches en 1947, qui sait, que les premières chambres à gaz de l'histoire furent "inaugurées", par les généraux napoléoniens contre les  Noirs révoltés en Martinique ( ils étaient regroupés dans des cales dans lesquelles l'on faisait bruler du souffre). Toute violence que l'on voit, est condamnable, parait-il, celle qui est invisible, est censée être justifiée (aucune image sur les centaines de civils, d'enfants tués par les bombardements de la Coalition).

Il y aurait donc des violences "nécessaires".
La  violence n'est pas récente: le siège de Jérusalem, au VI me siècle avant J-C, fut un "modèle", par les Assyriens, avec des peaux humaines étendues et des corps écorchés. Plus près de nous, les pogroms en Ukraine en 42,le Napalm au Vietnam, les violences coloniales...

La violence a t-elle eu un "acte de Naissance"? Que signifiait la violence pour un Néanderthalien? le fait de, non seulement  tuer, mais "dégrader", avec quelquefois une mise en scène, comme l'exécution de Louis XVI (supplice, torture, sacrifice), commence-t-il avec l'Histoire ou bien est-il antérieur? Reste-t-il des  traces du "sacrifice" originel dans nos sociétés modernes.....Quand je parle des morts invisibles, dus aux bombardements de la Coalition, ne serait-ce pas une des formes de ce sacrifice, c'est à dire du "prix-à-payer "pour que le monde dit "libre"(en fait celui des Maitres") puisse se perpétuer ?



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

1 - Tout commentaire anonyme (sans mail valide) sera refusé.
2 - Avant éventuelle publication votre message devra être validé par un modérateur.

Sujet du Merc. 22 Mai 2024 : Le déclin de l’esprit sportif.

  Le déclin de l’esprit sportif.    Faire du sport c’est activer ses muscles dans un but de loisir, de passer du « bon temps » et désormais...