dimanche 30 avril 2017

Sujet du 03 Mai 2017 : Doit-on transformer les désirs en droit ?



Doit-on transformer les désirs en droit ?

La mode est au « sociétal », ce terme nouveau, vague employé à tout bout de champ a permis et permet de de révolutionner les rapports humains en banalisant des modifications structurelles de nos sociétés présentées comme des « avancées » des « progrès » de la liberté des individus.
Ces « avancées » sont rapidement sanctionnées par la sphère juridique et dès lors s’imposent à tous quand bien même ce ne seraient que des minorités et des médias qui auraient promus ces prétendus progrès.
Et c’est bien là la prouesse idéologique de ce qui nous est présenté comme « un progrès allant de soi », que ce serait une demande de … la société.
Que les hommes désirent est une chose. Que l’Etat vienne se mêler de leurs désirs, non point pour les brimer, mais – nouveauté – pour prétendument en réguler la faisabilité par le droit, voilà qui devrait nous faire réfléchir.
Toutes les théories de l’Etat de Platon en passant Hobbes et Marx, nous montrent le rôle coercitif, régulateur des passions, de la machine étatique. En serions-nous sortis sans nous en apercevoir ?
L’idéologie du désir promu depuis la fin des années 60 entre autres par les mouvements du style Mai 68 en France : « Jouir sans entraves » s’est graduellement imposée comme substitut aux conflits sociaux. La parcellisation des individus, le règne de l’individu prétendument « roi » a balayé le caractère éminemment social des désirs possibles de tel ou tel.
Être soi unique et être reconnu par les autres sur fond de critères sociaux codés partagés  partageables, mais de plus en plus instables, devient la « morale » de l’époque.   

Mais cette frénésie paradoxale du désir subjectif se confronte à un monde bien réel celui-là. Le monde de la marchandise et, en conséquence, du déplacement du désir subjectif apparent vers sa pseudo satisfaction dans des objets consommables, consumables. La course au « moi » est perdue d’avance, noyée dans le désenchantement, l’insatisfaction permanente et des relations aux autres de plus en plus problématiques et précaires, que ce soit au travail ou dans la vie privée (pensons au couple et aux rapports aux enfants dans la famille).
Ainsi sont mises en place les conditions d'une crise sans précédent du sujet par rapport aux  formes sociales anciennes et plus holistes et donc rassurantes car plus encadrées d'interdits et d'obligations identificatrices gratifiantes incontestables.
Et c’est là que l’Etat « moderne » intervient comme un « bon père compréhensif ». La cohésion sociale passait par des représentations transcendantes : la nation, la patrie, le « vivre ensemble », la religion.
L’Etat doit donc créer des valeurs. Son appareil juridique lui en donnera sinon l’illusion du moins la capacité. Et c’est la grande éclosion de la contractualisation des rapports entre personnes.
Sur le plan économique et des relations travail capital, chacun sera son propre entrepreneur passant un contrat précaire avec un autre entrepreneur (partage équitable des risques, valorisation illusoire de la compétition de tous contre tous,)….Chacun est libre de vendre et d’acheter du temps humain (liberté).
Mais l’Etat doit aussi se soucier de l’intimité même de ses sujets.
Des lois et des projets de loi se multiplient afin de donner une réponse à des sujets qui revendiquent avoir les mêmes droits que l’ensemble des citoyens : le mariage homo- sexuel, le transsexualisme, l’adoption par des parents homosexuels, etc.
D’autres réclament une loi réglementant le droit à disposer librement de leur propre corps : procréation médicalement assistée,  prostitution, euthanasie, etc. Quelles conséquences  subjectives au moment où le désir devient un droit ? Quel statut donner à ces revendications pour répondre à un désir singulier : un symptôme, un malaise, un droit ?
Qu’en est-il  de cette tension entre désir et droit ? Entre objets-cause et objets désirés ? Qu’advient-il du désir lorsqu’il devient un droit ? Ne risque-t-il  pas de se trouver prisonnier  d’une injonction légale qui le transformerait en devoir ? Le désir comporte toujours une dimension d’acte ; la mutation de ce désir en droit en retire une partie.
Le droit touche à la dimension subversive du désir et fait passer une solution singulière à un principe universel. Or, cet universel ne vise pas un « pour tous » ou une égalité quelconque mais une inclusion dans un ensemble commun …de ceux qui sont différents – Paradoxe !

« La grossesse pour autrui est dans l’air du temps mais à trop vouloir transformer les désirs en droits on en oublie l’Homme. Il y a des alternatives à la GPA. La recherche scientifique pour optimiser la fertilité du couple mais aussi et surtout l’adoption qu’il faut rendre plus aisée. N’oublions jamais que toutes ces manipulations auront une influence forcément délétère sur l’enfant. Évitons de tomber dans le piège de la pseudo modernité, évitons de toujours désirer le moins disant éthique. Respectons l’Homme ! »    Bernard Debré Professeur de médecine, Chirurgien des hôpitaux, Ancien Ministre de la Coopération, Député de Paris, Conseiller de Paris

 « Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde: je vois une foule innombrable d'hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. Chacun d'eux, retiré à l'écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres : ses enfants et ses amis particuliers forment pour lui toute l'espèce humaine; quant au demeurant de ses concitoyens, il est à côté d'eux, mais il ne les voit pas; il les touche et ne les sent point , il n'existe qu'en lui-même et pour lui seul, et, s'il lui reste encore une famille, on peut dire du moins qu'il n'a plus de patrie ».
 Alexis de Tocqueville – extrait « De la démocratie en Amérique » - 1835

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

1 - Tout commentaire anonyme (sans mail valide) sera refusé.
2 - Avant éventuelle publication votre message devra être validé par un modérateur.

Sujet du Merc. 26 Juin 2024 : Critique de l’apolitisme ?

                                        Critique de l’apolitisme ? "Une opinion commune traite ces dernières années comme des années ...