dimanche 19 mai 2024

Sujet du Merc. 22 Mai 2024 : Le déclin de l’esprit sportif.

 

Le déclin de l’esprit sportif.  

Faire du sport c’est activer ses muscles dans un but de loisir, de passer du « bon temps » et désormais c’est bon pour notre santé. Il y a des sports. Les plus connus mettent en jeu des équipes qui s’affrontent dans un esprit de compétition. Et comme on dit : « le meilleur gagne » ! – Pas si sûr – La limite de ce type de pratique est la boxe ou le tennis ou deux personnes rivalisent.

Puis il y a les sports individuels mais toujours liés à une compétition : soulever des haltères, sauter le plus loin, le plus haut, etc ….
Et enfin il y a le sport de ceux qui considèrent que se dépasser soi-même, loin du regard des foules est l’essentiel (alpinisme, marche à pieds…). Avons-nous à vaincre quelqu’un d’autre que nous-mêmes ?           (Voir le sujet sur l’aliénation).  
      

Ce sont les deux premières catégories de ce préambule qui vont nous intéresser ? Qu’était un match de foot dans une ville populaire dans les années soixante ? Essentiellement des clubs (associations) dont tous les membres étaient bénévoles ; généralement ils représentaient une entreprise (mines, sidérurgie ….) et tous les participants se connaissaient déjà pour être des citoyens locaux vivant côte à côte. Pour ces gens là le moment du sport était avant tout un moment amical et de loisir après des heures de travail pénible. Un outil de socialisation dans lequel la « compétition » était fraternelle. Après le match on se retrouvait en famille pour continuer à célébrer en commun ce moment de détente, d’efforts bien entendu, mais avant tout de fraternité. On pouvait appeler cela l’esprit sportif.      

 Mais ça, c’était avant.

- En quelques dizaines d’années, le sport est devenu l’un des vecteurs les plus actifs et performants du développement économique du monde ; avec son marché de marques (les logos), de sportifs (les transferts), d’équipements désormais numérisés (les stades), ses paris, étayé par une idéologie puissante et efficace (la santé, la jeunesse, l’éducation, la culture…). Le sport a conquis la totalité de la planète. Il a envahi la Terre (le ciel et la mer, compris) par la multiplication d’événements récurrents, assujettissant tous les hommes à un rythme permanent de compétitions qui se déploient du local au global, et vice versa. Tous les États (y compris ceux qui ne sont pas membres de l’Onu, à l’instar du Saint-Siège et de la Palestine) sont unis entre eux par le sport et cherchent à se différencier et à se concurrencer par le sport. Aujourd’hui, les sujets des États-nations se métamorphosent en virtuels adhérents relais de puissantes organisations supranationales (CIO, Fifa…), dont l’unique moteur est la compétition dans le cadre d’un spectacle sportif permanent (Jeux olympiques, Coupe du monde…). Sont ainsi convoquées, à l’échelle planétaire et dans le cadre non figé des États (il y a plus de nations dans la « famille olympique » qu’à l’ONU), toutes les compétitions de toutes les disciplines à toutes les échelles territoriales.

Les dirigeants de ces multinationales du sport et tous ceux qui en dépendent (entraîneurs, médecins, sportifs, avocats…) constituent une nouvelle classe sportive mondiale transnationale. À un sport mondialisé s’associe une classe monde sportive. Ce monde n’est pas une autre société qui serait l’utopie enfin réalisée d’un monde meilleur. Il constitue un projet de société, le souhait d’une dystopie qui, en développant le tourisme et les technologies de l’informatique et du numérique, façonne un nouvel ordre unifié du monde lui-même unifiant tourisme et nouvelles technologies.      
Le marché économique ouvert par la compétition sportive est infini qui, s’appuyant sur les États-nations, cherche à dépasser leurs frontières étroites.        
Le temps et l’espace, tels que l’économie politique les structure et les déploie, s’organisent par et pour le déploiement du monde du sport. Le sport est l’institution qui a réussi la fusion entre l’espace et le temps de la modernité.  Si le sport est l’objet de calculs et de mesures permanents, il s’exerce sur les individus sous la forme d’une succession incessante de compétitions scandées par l’espoir entretenu de la chute ininterrompue des records : « Il faut, de toute nécessité, se mesurer avec quelqu’un ou avec quelque chose ; si vous n’avez pas de rival sur vos talons, ayez du moins, pour vous inciter, un record devant vos yeux. » (Pierre de Coubertin) L’espace comme le temps du monde sont dominés par la compétition sportive qui s’intègre désormais à tous les écrans de réception mis à la disposition de masses adhérentes et presque adhésives. Le sport est le mouvement permanent sur lequel roule la société en tant qu’ultime projet d’une société sans projet.

Le sport de compétition ne correspond déjà plus à un événement placé sous les seuls projecteurs des multiples médias (presse, radio, télévision, Internet). La médiatisation du sport se fait par le sport ; le sport est comme un média, le plus puissant média du monde, un ultramédia confirmant la thèse de Marshall McLuhan — à savoir que « le vrai message, c’est le médium lui-même ». Les manifestations sportives déversent sans interruption des flots de résultats, de statistiques et d’anecdotes qui saturent l’espace comme le temps. « Le sport ne s’arrête jamais » afin qu’on « oublie la politique », comme l’énonce la chaîne de télévision qatari BeIN sport. Le sport engendre un système d’information unique : l’important n’est pas ce que la presse, la radio ou la télévision disent du sport ; le message du sport, c’est le sport. L’idéologie sportive se diffuse par son propre canal, sans rencontrer la moindre résistance. Le sport, qui se trouve consacré par le spectacle du stade élevé au stade du spectacle, s’est hissé au niveau du plus grand système médiatique jamais inventé. Il a franchi le seuil d’un dispositif visualo-acoustique majeur pour atteindre un appareil complexe qui a pris la forme de l’espace public. La passion pour le sport se transforme en passion de l’image du sport, en « iconomanie » (Günther Anders) sportive. Et cette couverture sportivo-médiatique est universelle, sécrétant un lien continu et invisible entre la technologie audiovisuelle planétaire et de masse et les grands événements sportifs auxquels elle est appareillée. Surgit et se déploie un système audiovisuel sportif planétaire qui plonge ses racines dans les États-nations pour apparaître et se développer en tant que superstructure mondiale unifiée.

La compétition sportive n’est pas qu’une succession régulière d’épreuves ou de matchs dont le record ou la victoire est le but ultime.         
Dopage, violence, racisme… sont constitutifs du sport et ne sont pas des dérapages, des excès, des déviations, ses marges, ni les preuves visibles ou tangibles qui feraient la démonstration évidente du caractère néfaste du sport. Le dopage pas plus que la violence ou le racisme ne gangrènent le sport, ni ne le pervertissent. Ils l’organisent, l’ordonnent, l’harmonisent avec l’ensemble d’une société qui les a définitivement adoptés. Dans cette logique, loin d’être méprisés, les sportifs convaincus de dopage sont de nouvelles vedettes, au statut particulier. Ceux qui meurent si jeunes, victimes du dopage, sont désormais des héros ; mieux encore, les martyrs d’une cause juste : le sport. Comme mourir à la guerre exonérait de tout jugement sur la guerre elle-même, mourir en sportif glorifie à tout jamais celui qui se sacrifie sans remettre en cause le sport. Le dopage, la violence ou encore le racisme (antisémitisme inclus) sont consubstantiels au sport. Ils ne l’altèrent pas ; ils n’en sont pas des excroissances monstrueuses ; ils sont la vérité du sport.
La mise en retrait, sinon la retraite effective, pratique et théorique, de la critique du sport, le décrochement de sa praxis originelle, sont tout d’abord dus au poids écrasant et en apparence irrésistible du sport de compétition. Elle est la conséquence : — de la puissante massification sportive liée au développement du secteur « sport » (un marché, des équipements) dans le cadre de la globalisation/mondialisation des sociétés, elle-même redoublée par le spectacle télévisuel permanent et le tourisme de masse ; — de l’intégration du sport dans la vie quotidienne et surtout en tant que vie quotidienne ; — du tumulte contagieux des supporters dans le stade se métamorphosant en aficionados, puis en hooligans, qui se prolonge jusqu’aux téléspectateurs et à l’ensemble des individus en proie au chauvinisme et au nationalisme sportifs ; — de l’intégration réussie des anciens tabous, et, en particulier, celui du dopage perçu comme « inévitable » et désormais revendiqué comme nécessaire à la bonne qualité du spectacle du sport. L’exténuation sinon l’extinction de la critique du sport est de façon concomitante l’ultime résultat de l’effacement de la subjectivité du sujet politique pour une attitude positive ou contemplative à l’égard de la réalité sportive.
Le sport n’est pas un phénomène de société parmi d’autres, plus ou moins détaché ou même très éloigné d’un contexte général ; il est le lien entre tous les phénomènes les plus détestables de la société, parmi lesquels la violence (« canalisée »), le racisme (exhibé et « combattu »), le dopage (la lutte contre –) et l’argent (« partout »).

La critique du sport (comme toute critique) n’a pas de côté positif. Sa seule « positivité » tient à sa négativité permanente et déterminée du sport tel qu’il est, et ce jusqu’à nier sa propre négation déterminée (la critique) en disparaissant au bon moment pour réapparaître au moment opportun. Contrairement à ce que certains voudraient croire, il ne peut exister de projet de la critique du sport au sens d’une entreprise critique durable, planifiée dans le temps. L’idée même d’un projet de la critique du sport constitue un non-sens absolu. La critique du sport n’a pas de projet et elle n’est pas un projet puisque son seul objectif est la disparition de son objet : le sport. – (M. Perelman : le stade barbare (1998)   - Les jeux olympiques n’ont pas eu lieu (2024))

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

1 - Tout commentaire anonyme (sans mail valide) sera refusé.
2 - Avant éventuelle publication votre message devra être validé par un modérateur.

Sujet du Merc. 26 Juin 2024 : Critique de l’apolitisme ?

                                        Critique de l’apolitisme ? "Une opinion commune traite ces dernières années comme des années ...