mardi 25 juillet 2023

Sujet du Merc. 26/07/2023 : Les médias sont-ils aux ordres des capitalistes ?

 

            Les médias sont-ils aux ordres des capitalistes ?

Dès la fin du XIX siècle, la presse est critiquée pour sa soumission aux « puissances d’argent » et sa vénalité, notamment en raison des affaires de corruption et du contrôle de capitaux de nombreuses entreprises de presse par les industriels et financiers.

Comme tous les marchés, la presse se concentre entre les mains de quelques-uns, dans un mouvement qui s’est accéléré depuis 2010.

Ainsi en France, 10 milliardaires possèdent quasiment toute la presse : Bouygues, Xavier Niel, Dassault, Bernard Arnault, Bolloré, Pierre Bergé, Patrick Drahi, François Pinault, Matthieu Pigasse et Lagardère.

De même, la majorité des titres de presse régionale et magazine appartiennent à deux fabricants d’armes :Lagardère (via Hachette) et Dassault (via Socpresse ).

Il n’y a donc plus en France «  d’indépendants » , à l’exception du group NRJ ou encore des titres comme Mediapart et le Canard enchaîné.

Ces grands groupes achètent des journaux  pour se faire une bonne image, la question est : est ce qu’ils ont l’intention d’intervenir dans la ligne éditoriale et pour quelle influence ?

Et ce sont principalement les grands groupes qui bénéficient des aides publiques à la presse. En effet dans le cas des aides directes, les milliardaires profitent des aides les plus colossales (chiffre 2014)

« Le Figaro » ( groupe Serge Dassault) a bénéficié de 15,2 millions d’euros, Tandis qu’ « aujourd’hui en France »( Bernard Arnault) obtenait 14 millions et «  Le Monde » (Niel, Pigasse et Bergé) 13,1 millions .

 

Et pourtant dans les valeurs de la démocratie la liberté d’opinion implique une liberté d’expression qui est revendiquée par des journalistes qui, pour beaucoup, était considérée comme un combat politique.

D’un point de vue rationnel le journaliste va recueillir ou rechercher des faits pour transmettre une information qu’il devra présenter avec objectivité et cohérence. Normalement ce rôle d’information doit faire preuve de la plus grande neutralité. L’éditorial est la seule rubrique où le journaliste, mais également toute la rédaction va interpréter l’actualité avec un parti pris et un engagement qui donnera la personnalité et une opinion autorisée au journal.

« Les médias sont le quatrième pouvoir » est une expression qui désigne la possibilité à un journaliste en dénonçant un scandale de modifier un gouvernement ou de renverser le pouvoir. (Watergate, Affaire François Fillon )

Il existe une autre manière de voir les choses, il y a un soft power beaucoup plus fréquent et intense que ces exemples extrêmes. Car ce sont les médias qui nous donnent notre vision du monde à partir de laquelle la réalité est analysée, notre perception de l’environnement économique, social, culturel, politique et notre approche des problèmes contemporains. Certain peuvent prétendre que c’est le pouvoir ultime car ils sont capables de nous dire ce qui est juste ou injuste, voire même ce qu’il faut penser ou ne pas penser ou de nous détourner d’une réalité sensible.

Oui je vais très loin, donc récapitulons, qu’est-ce que le pouvoir ?

Nos belles démocraties sont bien dirigées par un exécutif et tout un appareil complexe de représentants élus censés représenter les courants d’opinions de la société. Mais force est de constater malgré la sophistication de nos républiques il n’y a jamais de satisfaction parfaite des citoyens.

Il y a surtout quasiment une majorité d’individus dans une grande déception sur l’efficacité politique et les attentes qu’ils ont de la société. Cette insatisfaction va être à la fois alimentée et subie à travers la représentation que nous donnent les journalistes.

Dans tous les journaux que j’ai cités plus haut, on aura pourtant tout le spectre idéologique de la presse d’opinion que l’on peut attendre. Mais malgré ça, il y aura toujours pour beaucoup une grande part d’insatisfaction et de frustration sur des évènements quant à leurs explications.

Sans même chercher à dénoncer des esprits conspirationnistes (on nous cache des trucs) l’ensemble des questions plus ou moins légitimes qui vont rester sans réponses sont importantes. (Pauvreté, manque de logements, chômage, disfonctionnement des services publics…..).

Mais doit-on chercher une logique où la presse étant la propriété de capitalistes serait obligée de défendre les intérêts de leurs propriétaires ou du système, là est la question ?

Y a-t-il un méga conflit d’intérêt de cette presse qui financièrement est dépendante de leurs propriétaires qui les empêcheraient de critiquer le système ?

Posons la question autrement, doit on s’étonner que la majorité des médias défendent globalement le système et ne sont pas en contestation frontale avec l’économie de marché tout en acceptant le jeu démocratique ?

Il y a un élément qui permet de vérifier s’il y a une différence de traitement d’information, ce sera grâce aux médias qui dépendent entièrement du secteur public qui sont : France inter, France Culture, RFI et pour la télévision France 2, France 3, France 5 et Arte. Or on n’a jamais vu la moindre différence significative autre que les différences de ligne éditoriale affichée et revendiquée. Car des journaux comme Le Monde, Libération créé par Jean Paul Sartre, Télérama n’ont jamais caché leur idéologie progressiste.

Concrètement quand Total publie son bénéfice ou que l’ONG Oxfam publie son rapport sur l’accroissement des inégalités, avec des chiffres assez contestables chaque journal traita ses informations de manière extrêmement prévisible avec un esprit critique très convenu.

Mais tout ça c’était avant le choc apporté par Bolloré.

En 2017 Bolloré décide quasiment de faire avec CNEWS la première chaine d’opinion clairement de droite en France. Le phénomène viendrait confirmer la neutralité et la soumission à un politiquement correct confortable des autres supports qui représentait une norme précédemment respectée.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

1 - Tout commentaire anonyme (sans mail valide) sera refusé.
2 - Avant éventuelle publication votre message devra être validé par un modérateur.

Sujet du Merc. 22 Mai 2024 : Le déclin de l’esprit sportif.

  Le déclin de l’esprit sportif.    Faire du sport c’est activer ses muscles dans un but de loisir, de passer du « bon temps » et désormais...