mardi 26 novembre 2013

Sujet du Mercredi 04/12/2013 : que cherchaient les cyniques ?

QUE CHERCHAIENT LES CYNIQUES ?

Lorsque l’on parle des cyniques on pense tout de suite au plus célèbre d’entre eux Diogène de Sinope, qui vivait dans une jarre (et non un tonneau qui n existait pas à l’époque) au IVéme Siècle avant JC. Contemporain de Platon et de Socrate il est connu pour son mode de vie marginal et ses répliques qui remettent en question le pouvoir, l’autorité intellectuelle, le conformisme social. Mais Diogène de Sinope n’est pas le seul cynique. Il est le disciple d’Antisthène le fondateur de l’école cynique et bien d’autre cyniques  suivront. Ainsi le cynisme n’est pas le fait d’un homme isolé mais bien une tradition philosophique avec ses ecrits qui ont été perdus, mais dont Diogène Laercé au IIIeme Siécle  av JC  nous a rapporté les faits.
Le cynique semble déranger dans sa manière de vivre la bien pensence des autres philosophes grecques qui  prendront en compte ses réflexions souvent désobligeantes. Mais cela ne nous dit pas ce que cherchaient les cyniques : à être une contre culture ?
Pas seulement. Leur but est la vertu et le moyen d’y accéder est la liberté et pour accéder a la liberté il cherche l’autarcie alimentaire et sexuel.

Voici une citation dans « Les Cyniques, penseurs dans la norme et citoyens de la marge »

 De Mathilde Cambron-Goulet, qui résument bien la situation cynique


« Les Cyniques recherchent l’autarcie par le biais d’une forme d’indifférence au monde ; c’est d’ailleurs ce qui les place dans la marge par rapport aux normes grecques. Leur refus de la société, bien plus qu’un simple rejet des vicissitudes de la civilisation, est profondément ancré dans le déni de la condition humaine, que symbolise l’idéal d’autarcie. En cela, on peut en effet affirmer que l’idéal d’autarcie est indissociable d’une forme ou d’une autre de marginalité, quel que soit le modèle sur lequel on se base pour y parvenir. Le modèle de l’Âge d’or, lorsqu’on le compare au modèle animal ou divin, supporte mieux cet idéal profondément humain parce qu’il s’agit à proprement parler d’un modèle qui peut être considéré comme humain, et qui, par conséquent, évite à celui qui le suit de sombrer dans l’hubris. Et c’est peut-être en cela que les Cyniques, en cherchant à atteindre un idéal normal, et malgré toutes ces habitudes étranges, voire terrifiantes, qui font d’eux des marginaux, respectent encore la norme grecque. »

Cette réponse bien que très référencée et intéressante est elle la seule ? Ou bien les Cyniques cherchaient-ils autre chose ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

1 - Tout commentaire anonyme (sans mail valide) sera refusé.
2 - Avant éventuelle publication votre message devra être validé par un modérateur.

Sujet du Merc. 11 Aout 2021 : FETICHE, OU ES-TU ?

                                           FETICHE, OU ES-TU ?   Le fétichisme est ce report de l'affectivité sur un objet symboliqu...