lundi 12 juillet 2021

EXCEPTIONNELLEMENT Sujet du Jeudi 16 Juillet 2021 : Pourquoi pousser à la performance ?

 

Pourquoi pousser à la performance ?

 

 

La philosophie ne pousse-t-elle pas la pensée à la performance radicale d'une perpétuelle remise en question? Ne faut-il pas rechercher et réaliser le meilleur de soi en actes sans transcender l'humain par aucune prothèse qu'elle soit médicamenteuse, génétique ou autre? Ne faut-il pas rechercher le meilleur de la performance collective dans des limites acceptables?

 

Allons aux origines. Depuis toujours on arrange des mariages pour améliorer un patrimoine social, culturel ou génétique. Depuis ses origines, le vivant n'a été qu'«erreur» de réplication génétique et lutte, sélection et prédation pour la survie. L'aptitude à une performance adaptative est inscrite dans l'évolution génétique et culturelle. De là à imaginer un but ultime est une erreur métaphysique.

 

Pour Platon, «éduquer les hommes c'est les élever, c'est-à-dire leur apprendre à renoncer aux séductions du sensible pour réaliser le meilleur d'eux-mêmes qui participe de la divinité». A cet égard, n'y a-t-il pas une contradiction logique entre la finitude postulée de l'humain enserrée dans des bornes et le supposé infini de ses capacités? Si les limites de l'humain existent, nous pouvons le définir; mais si nous ne pouvons pas le définir, le voilà illimité. C'est ce dernier choix philosophique que poursuit majoritairement l'Occident considérant que l'humain change si souvent et tant qu'il excède toujours ce que l'on croit savoir de lui et que les multiples façons de le penser requièrent de le re-penser toujours dans le questionnement continu de la philosophie.

 

Mais alors, si la pensée n'a pas de fin et qu'on ne peut la borner, la philosophie peut-elle logiquement critiquer la recherche partout présente d'une performance toujours supérieure? D'emblée, toute performance requiert un référent. Mais quelle norme apposer à l'humain, comment échapper à cette exigence? Reconnaissons qu'une norme n'est pas en soi une et absolue mais évolutive. Un homme se définit-il une fois pour toutes ou bien émerge-t-il à l'existence par les actes qu'il pose? Ne se mesure-t-il pas à ses actes librement consentis face à une situation toujours changeante? Poser une norme, un objectif ou une fin prédéterminés est attentatoire à la dignité et participe d'une démarche fascisante, totalitaire. Le nazisme décréta le handicap «hors norme», à éradiquer. Les performances aryennes supposées visaient la transcendance du surhomme (Nietzsche), sans confirmation aux jeux olympiques de 1936 ni dans la guerre ou la supériorité génétique.

 

Avec la supposée «fin de l'Histoire» dès 1989 (Fukuyama), l'«élite» ploutocratique des profits croissants tend à se constituer en surhommes génétiquement probables. Leur pendant obligé est la constitution de masses infrahumaines génétiquement programmées à la docilité.

 

Ainsi se réalise en parcs humains obéissants le rêve des camps du «Arbeit Macht Frei» tendant vers le «zéro humain» que ces camps avaient vainement approché par une sublime performance de déshumanisation (Primo Levi).

 

Le projet de transformation génétique de l'humain vise à neutraliser les velléités révolutionnaires des multitudes généralement plus inutiles que laborieuses et assurer l'Eden des princes du profit et de la bio-informatique. La démocratie nous y conduit irrésistiblement parce que les gens veulent la meilleure progéniture possible, comme lors déjà des mariages arrangés (système hindouiste des castes). D'où la dérive autoritaire précitée du pouvoir absolu sur les choses et les êtres (Descartes) car cette volonté de maîtrise génétique développe des contrôles pour un prétendu bénéfice collectif. Il y a menace sur les libertés par conformisme des buts collectifs, sur l'égalité via la hiérarchie qui sortira des ordinateurs des généticiens, et sur la fraternité parce que l'autre deviendra celui que la génétique définit et débusque dans le génome.

 

Mais cette performance inouïe a-t-elle le moindre sens? Ce qui en aurait ne serait-ce pas l'usage qu'on veut faire d'un quelconque sur­ou sous-homme à construire pour une utilisation précise? A cet égard, qui spécifiera la norme qui présiderait au choix :

 

1-    entre la quête métaphysique de la transcendance, du divin et de l'impossible dans le fantasme de l'idéal et celle de la compréhension du monde tel qu'il est ?

 

2-    entre la course au progrès infini et la recherche de l'humainement raisonnable et réalisable ?

 

3-    entre l'objectif absolu de l'efficacité prédictive de la science qui veut tout connaître et tout expliquer, même l'homme, et celui de servir celui-ci dont la science ne saurait déterminer le sens ?

 

4-    entre la société concurrentielle de marché, guerre, profits infinis, et argent roi et celle du partage libre, équitable, solidaire et économe des efforts des hommes et des ressources naturelles ?     

5-     entre l'acharnement thérapeutique, la «passion» papale et une mort dignement consentie-     

6-    entre la performance physique par le dopage et la liberté de l'épanouissement personnel, convivial et fraternel

7-    Le problème n'est-il pas de savoir s'il faut fixer une norme pour que l'homme se construise en conséquence et si faire cela n'implique pas de savoir s'il faut penser l'homme et particulièrement chercher sans cesse comment le penser ?

Ce qui est proprement philosopher.

 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

1 - Tout commentaire anonyme (sans mail valide) sera refusé.
2 - Avant éventuelle publication votre message devra être validé par un modérateur.

Sujet du Merc. 04 Aout 2021 : Le complotisme : mythe ou réalité ?

  Le complotisme : mythe ou réalité ? Je complote Tu complotes          Il complote    Nous complotons : Le complotisme mythe ou réalit...