lundi 22 juillet 2019

Sujet du Merc. 24/07/2019 : Qu’est-ce que l’éthique aujourd’hui ?


                   Qu’est-ce que l’éthique aujourd’hui ?


Doit-on donc considérer que l’éthique vise pour sa part, le savoir de ce qui est bon, ou faut-il aller plus loin et considérer qu’elle détermine le bon dans la recherche de ce qui doit être?
            Dans la philosophie grecque, l’éthique est une partie de la philosophie: à côté de la physique (qui traite de la nature), et de la logique (qui traite des règles de la pensée). Elle concerne la conduite de la vie humaine orientée par la recherche du bien. 

D’après Diogène Laêrce (poète et biographe grec, IIIème Siècle), Socrate serait l’un des premiers à s’être détourné de la physique pour se concentrer sur l’éthique. Pour Platon l’éthique ne serait que la loi des anciens relevant de coutumes non écrites.

”La philosophie morale est notre” souligne Leonardo Bruni (Homme politique et philosophe florentin du XIVème siècle), à la différence de la nature, c’est la communauté des hommes qui établit les règle de leur conduite, laquelle ne concerne pas tant la maîtrise de soi que la participation aux affaires publiques.
            A la renaissance L’éthique se caractérise par une réflexion sur la nature morale de l’homme qui souligne sa position centrale dans l’univers, et sur sa condition mondaine: ni bête, ni ange, il peut aussi bien s’élever que s’abaisser. C’est cette indétermination qui constitue sa dignité, son caractère exceptionnel. La possibilité de faire tant le bien que le mal est le signe de la liberté humaine et de son indépendance à l’égard du destin ou de la nécessité naturelle. 
C’est ainsi que la condition mortelle est l’occasion de donner un sens individuel à sa propre existence et d’acquérir la gloire ou la renommée qui sont les formes mondaines du salut. Et cette reconnaissance devient le critère du jugement moral qui caratérise l’éthique comme essentiellement politique.
Kelsen (juriste et philosophe autrichien,1881-1973) dit : ”on ne saurait nier qu’il existe une science ayant pour objet la morale en tant que système de normes, que cette science a pour nom ”éthique”, et que cette science, comme toute autre science, s’adresse à notre savoir, tandis que son objet, la morale, s’adresse à notre vouloir”
Cette conception fait de l’éthique une science à la fois descriptive et normative. L’éthique est alors la fondation intellectuelle d’un acte de la volonté dans le calcul des conditions objectives de sa validité morale.
La différence entre ”éthique de responsabilité” et ”éthique de conviction” est décrite par Weber (économiste et sociologue allemand 1864-1920)  ”l’éthique du pouvoir” convient à l’homme politique dans la mesure où il doit prendre en compte les conséquences prévisibles de ses actes. Elle s’oppose à l’éthique de conviction, contenue dans l’éthique chrétienne ou dans  celle du syndicaliste militant convaincu de la justesse de ses fins et indifférent aux effets pervers des moyens mis en œuvre pour les réaliser.
L’opposition établie par Weber entre ”éthique de responsabilité et ”éthique de conviction” s’inscrit dans le cadre d’une réflexion sur la tension qui existe entre, d’une part la logique immanente à la sphère d’action politique, et, d’autre part, les exigences ”acosmiques ”de l’éthique de fraternité des religions du salut.

Elle a été banalisée dans le sens d’une reprise, en termes modernes, du thème machiavélien de l’amoralisme politique, c’est à dire d’une attitude politique opportuniste, parce qu’exclusivement guidée par la quête du pouvoir.

Par ailleurs, Weber a vu dans la transformation de ”l’éthique protestante” l’esprit du capitalisme. En effet, cette valeur calviniste est centrée sur le travail, l'épargne, et la discipline. Les protestants, en commençant par Martin Luther, ont repensé le travail comme un devoir, menant à un bénéfice commun pour l'individu et pour la société.

Aujourd’hui, la science crée le réel plutôt qu’elle ne l’observe. Dans cette accélération, reste-t-il une place pour une éthique sans cesse en retard sur l’évènement?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

1 - Tout commentaire anonyme (sans mail valide) sera refusé.
2 - Avant éventuelle publication votre message devra être validé par un modérateur.

Sujet du Merc. 22 Mai 2024 : Le déclin de l’esprit sportif.

  Le déclin de l’esprit sportif.    Faire du sport c’est activer ses muscles dans un but de loisir, de passer du « bon temps » et désormais...