lundi 30 septembre 2019

Sjet du Merc 02/10/2018 : Le progrès technique : source de tous nos maux ?


Le progrès technique : source de tous nos maux ?

On cite souvent Aristote pour énoncer que « l'Homme est un animal social ». Il ne faut cependant pas oublier que l’Homme est également Homo faber, c’est-à-dire doté d’une capacité technique le portant à la fabrication d’outils. Cette propension de l’Homme à transformer la matière pour l’utiliser comme appendice extérieur et prolongement de lui-même a engendré son processus d’évolution. Ce dernier est souvent analysé au regard du niveau de technique (et donc de connaissances) atteint et de la complexité des outils qui ont été créés (de plus en plus d’étapes de transformation sont cristallisées dans l’outil).       

C’est l’élévation de cette technique et de cette complexité au cours des siècles que l’on peut nommer progrès technique. Il semble, au regard de l’Histoire, que celui-ci soit constant (mais non linéaire pour autant, car basé en grande partie sur des sauts qualitatifs liés à des découvertes). En effet, les spiritualités, les idéologies, les régimes politiques émergent puis disparaissent au cours de l’histoire de l’Homme mais le progrès technique, lui, imperturbable, ne cesse de croitre.

Le niveau de technique atteint par une communauté humaine à un temps donné détermine ses capacités de production. Or, ce sont les rapports de production d’une société qui fondent ses rapports sociaux, par un processus d’engendrement réciproque énoncé par Karl Marx : « les rapports de production forment ce que nous appelons les rapports sociaux, la société, et notamment une société à un stade de développement historique déterminé. » (“Travail salarié et capital“), de même que « le moulin à bras vous donnera la société avec le suzerain ; le moulin à vapeur, la société avec le capitalisme industriel » (“L’Idéologie allemande“). Ainsi, l’état d’une communauté humaine et de ses membres (organisation, normes…) est fondamentalement corrélé au progrès technique atteint. Ce déterminisme est souvent occulté lorsqu’on déclare communément que « les mentalités ont évolué », comme si celles-ci étaient automotrices.

La fait que ce soit le progrès technique qui détermine l’état d’une communauté donne à réfléchir puisque, contrairement à ce que l’on pourrait penser, le développement de la science et de la technologie n’est pas nécessairement synonyme de bénéfice pour l’être humain. En effet, le revers de la médaille en est l’éloignement progressif de l’Homme par rapport à sa nature profonde et à ses fondements anthropologiques (réification de l’Homme). D’un point de vue physique tout d’abord puisque notre corps n’a pu s’adapter aussi vite que l’évolution de notre environnement et de nos modes de vie. Notre rapport au temps et à l’espace ont également été bousculés.           

Mais l’aspect le plus préjudiciable du progrès technique pour l’Homme est à chercher ailleurs. En effet, les outils que nous créons nous sont extérieurs, nous les utilisons comme intermédiaires entre nous et l’environnement naturel. Ces technologies étant de plus en plus complexes (éloignées de la matière non transformée) et ajoutant toujours plus d’abstraction, nous nous sommes de plus en plus déconnectés des rapports directs avec ce monde brut et des ressorts anthropologiques qui fondent l’existence humaine. Progressivement, l’Homme est ainsi dépossédé de lui-même : de la maitrise du monde qu’il habite et de son destin (aliénation), de but, de sens, de transcendance (matérialisme) ou encore de lien social (atomisation).           

Les symptômes en sont aisément observables : un développement endémique de névroses et de comportements pathologiques et suicidaires (depuis 7 ans, le suicide est la première cause de mortalité chez les Japonais de 15-39 ans). Cela pose également la question du confort matériel que l’on pourrait penser purement bénéfique. Ce serait oublier la dualité de l’existence : pas de vie sans peur de la mort, pas de joie sans expérience de la souffrance. La technologie nous apporte certes le confort matériel, mais par-là, ne bride-t-elle pas l’intensité de nos existences ?

La remise en question du progrès technique comme sens de l’Histoire oblige donc à remettre en question l’une de ses principales composantes : le progrès scientifique. La science est-elle une considération supérieure et incontestable ? Toute avancée scientifique est-elle forcément souhaitable ?


« En vérité la soif de confort assassine la passion de l'âme et va en ricanant à son enterrement. », Khalil Gibran (poète libanais).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

1 - Tout commentaire anonyme (sans mail valide) sera refusé.
2 - Avant éventuelle publication votre message devra être validé par un modérateur.

Sujet du Merc.23/10/2019 : LE DISCOURS DE LA MÉTHODE

                                LE DISCOURS DE LA MÉTHODE                                                                De René Desca...