mercredi 25 décembre 2013

Sujet du Jeudi 02/01/2014 : « Les spectateurs ne trouvent pas ce qu’ils désirent, ils désirent ce qu’ils trouvent » Guy Debord




« Les spectateurs ne trouvent pas ce qu’ils désirent, ils désirent ce qu’ils trouvent » Guy Debord





Sujet du Jeudi 26/12/2013 : Que peut l'éducation ?



QUE PEUT L’ÉDUCATION ?

Selon l’étymologie, l’éducation signifie par le latin educare, « nourrir », dans une seconde acception par educere, « conduire hors de ». Eduquer c’est apprendre à grandir, à être autonome, à voler hors du nid de ses propres ailes. Cela suppose de faire prendre conscience des limites, développer un sens critique, inculquer certains savoirs et certaines valeurs. C’est aussi transmettre une culture et intégrer les règles de la vie sociale, donner à l’enfant les moyens de s’adapter à la vie adulte tout en conservant une distance critique. De la part des adultes cela suppose du discernement, de la cohérence, de ne pas rester prisonnier de l’affectif, d’être conscient du projet global qu’implique leur mission.
Un certain nombre de conditions sont favorables à une optimisation de l’acte éducatif : savoir être à l’écoute de ses enfants, être ouvert au dialogue, instaurer un climat de confiance réciproque. L’éducateur ne doit pas être avare d’explications, doit se battre sans arrêt pour rappeler les règles, doit savoir être ferme sans être autoritaire.       
Cependant les parents ne sont pas les seuls acteurs de l’éducation :           l’environnement social a aussi une influence et celui-ci doit être pris en compte. Le lien social est également fondateur de la construction de l’individu : famille, voisinage, autres adultes référents….L’effet de groupe agit sur l’enfant et les parents sont ainsi amenés à évoluer avec lui.
L’éducation pose aussi le problème de la cohésion sociale : lorsque les enfants sont élevés dans une culture différente avec des modes de vie et des valeurs différents, une adaptation à la société française exige de leur part un certain nombre d’efforts.      
Vivre en société suppose également le respect des règles sociales. L’éducation doit transmettre ces règles pour la bonne harmonie du corps social. Le courant de l’enfant-roi issu de mai 1968 a entraîné quelques dérives mais les participants reconnaissent que considérer l’enfant comme une personne à part entière (comme le pensait Françoise DOLTO), ne dispense pas d’inculquer à celui-ci les limites.           
Mais jusqu’où faut-il éduquer ? Où s’arrête l’éducation et où commence l’endoctrinement ? Éduquer n’est pas dresser ni embrigader. Il faut garder à l’esprit que l’être humain reste libre de choisir ses propres valeurs dans la vie sociale. pas mettre à l’abri de tout. L’éducateur ne maîtrise pas tout, un enfant peut être très bien éduqué et commettre des délits plus ou moins graves, sous l’influence du monde extérieur ou à l’occasion de graves perturbations personnelles. En quelque sorte l’éducation donne un passeport mais ensuite l’individu reste libre de mener sa vie comme il l’entend.
Nous sommes nous demandés si l’éducation parentale était actuellement en faillite et si oui, pourquoi ?
On peut aussi se demander si le fait qu’un réseau d’assistance se soit mis en place n’entraîne pas une déresponsabilisation des parents. En fait il faudrait pouvoir éduquer les parents défaillants mais qui le fera ?
Quant à l’école certains regrettent qu’elle ne se contente plus seulement d’instruire mais qu’elle doive suppléer par la force des choses à l’éducation parentale. Il s’agit là de missions complémentaires et si il existe une défaillance en amont, l’école ne peut à elle seule combler le lourd déficit parental. D’autre part les enseignants se retrouvent bien démunis face à la lourdeur des tâches qui leur incombent compte tenu des multiples facteurs qui interfèrent dans notre monde moderne : société multi-culturelle, impact grandissant de l’argent, influence massive de la TV…., manque de moyens en terme de postes, manque de soutien de la part des parents….Tous ces paramètres contribuent à diluer les repères et rendre de plus en plus délicate la mission éducative.           
L’éducation passe aussi par l’exemple des adultes les plus influents qui ne doivent pas faillir à leurs missions ( politiques , intellectuels, financiers, gens de média…). Leur comportement, sous le feu des projecteurs, est prépondérant dans l’image que les plus jeunes se font de la Loi et de la vie sociale.

mardi 10 décembre 2013

sujet du Mercredi 11/12/213 : POURQUOI DÉBATTRE PLUTÔT QUE PHILOSOPHER ?





POURQUOI  DÉBATTRE  PLUTÔT  QUE  PHILOSOPHER ?



Que de fois n’avons-nous pas à faire à un médecin qui se contente de pratiquer une auscultation ou une analyse superficielle suivie, sans preuves matérielles réelles, du « diagnostic » de telle affection et de telle médication. Ou encore, se bornant aux apparences, le médecin prescrit-il un remède qui atténue les symptômes sans précisément cerner les causes du mal et son identification en vérité afin d’administrer le remède pertinent. Voilà ce que nous réclamons qu’on nous assure.

Dès lors pourquoi ne pas exiger autant de nous-mêmes ? Particulièrement dans notre démarche de recherche relative aux questions que nous nous posons ? Notamment dans nos recherches philosophiques. Servons-nous donc de l’exemple du médecin comme grille de lecture, crible ou tamis pour juger de la pertinence de l’approche que nous adoptons pour traiter tout sujet. Nous verrons alors toute la différence qui existe entre débattre et philosopher…

Déjà on ne peut débattre qu’à au moins deux personnes et le plus souvent à plusieurs à la télévision, dans les réseaux sociaux, réunions d’amis et cafés ou devant un bar. Dans les débats, les protagonistes échangent des points de vue appuyés sur des convictions personnelles ou sur celles véhiculées alentour ou par les médias. Il s’agit souvent d’opinions abusivement affirmées comme vérités. Faible est alors le souci de les étayer par un ensemble coordonné de faits pertinents dûment avérés et vérifiés. Faits dont on aurait dû rechercher les liens essentiels entre eux qui constituent alors des preuves solides. On en aurait aussi recherché les causes profondes et évidentes pour construire l’une ou l’autre hypothèse, principe ou théorie explicatifs probants le mieux argumentés qui soient. 

La dernière exigence qu’enfin on s’imposerait ne devrait-elle pas être d’ensuite sans cesse soumettre à la critique et au doute systématique ce principe de fond qui nous apparaît comme la vérité la plus probante ? Une vérification est donc nécessaire par la recherche volontaire et systématique de faits nouveaux d’observation ou d’expérience les plus proches possibles de ceux initialement obtenus afin de déceler dans le principe retenu quelque faille ou contradiction qui s’y cacherait.

Ce sont là les ingrédients coordonnés les uns avec les autres d’une approche scientifique, c-à-d philosophique, qui permet d’accéder à des connaissances authentiques plutôt qu’à des opinions ou idées toute faites. C’était cela la philosophie et la science jusqu’au début du dix-neuvième siècle, mais rarement après Hegel. C’est ainsi qu’on avance dans la compréhension et les connaissances. N’est-ce pas aussi sur les acquis solides et véritables d’une telle démarche que peut se construire une action pertinente ? Plutôt que sur les artifices de vains débats illusoires.

Pouvons-nous ici y arriver entre nous ? Le défi est jeté. Ne pas le relever et continuer à concevoir les choses par effets d’imagination « en notre âme et conscience » et « conviction profonde », n’est-ce pas mettre la charrette avant les bœufs, affirmer sans preuve une opinion toute faite et ne retenir à toute force que les faits qui la confortent tout en niant tous les autres ou encore en voulant par sophisme les tordre jusqu’à ce qu’ils se conforment et soutiennent notre « conviction profonde »? N’est-ce pas là nous confiner à la mé-connaissance, aux croyances fausses, à l’ignorance et aux débats oiseux qui détournent d’une action pertinente et confinent à l’échec les actes que nous posons ? C’est s’inscrire in fine dans la servitude à nos erreurs volontaires en faisant dès le départ le choix de l’impuissance politique de nos actes (pour autant que nous osions en poser).

Dès lors, « pourquoi débattons-nous plutôt que philosopher » (ou rechercher des connaissances) sur un sujet ? Quelle motivation nous anime ? Il y a des vérités qui gênent ; tant les dominants que les dominés, mais pas pour les mêmes raisons bien sûr. Les gens n’aiment pas être dérangés. De plus, souvent ils préfèrent quelque chose de faux mais de vraisemblable à quelque chose de vrai mais d’inhabituel. Ils ne veulent rien d’exceptionnel. Rien qui les remette en question. Ils réclament des informateurs qui offrent des choses faciles à décrypter et qui ressemblent à ce qu’ils connaissent déjà et les réconfortent. Ce qu’ils veulent, c’est être rassurés sans efforts notables de leur part. Cela assure une satisfaction ou un plaisir immédiats sans devoir attendre les résultats plus lointains d’une recherche de vérité. Quitte à accéder en toute sérénité à la servitude volontaire dans la béatitude de la non-pensée. Le prix à payer de cette aliénation est alors sans limite. Ils s’en plaignent avec acrimonie et même grande violence sans se retourner vers eux-mêmes pour absence de prise de responsabilité radicale de leurs existences.

Que faire alors ? Pour nous sortir de cette terrible impasse.

Rappelons à propos ces mots d’authentiques philosophes étrangers aux affirmations ultérieures d’un Karl Popper très vingtième et vingt-et-unième siècles dont nous sommes si souvent devenus les adeptes (« l’assurance que moi, je trouve là dans ma conscience un certain contenu est l’assise fondamentale de ce qui est donné comme vrai. ») :

-   Hegel : « C’est que la philosophie ne permet pas qu’on ne fasse qu’assurer, que s’imaginer, qu’aller et venir arbitrairement par la pensée en raisonnant. »

-   Feuerbach : pour vouloir « être philosophe, … pense comme un être vivant, réel, … pense dans l’existence, dans le monde, comme un membre de ce monde, et non dans le vide de l’abstraction, telle une monade esseulée,… »

jeudi 5 décembre 2013

PRÉHISTOIRE DE LA VIOLENCE ET DE LA GUERRE. Vidéo.


Marylène Patou-Mathis :


Préhistorienne, sa spécialité, l’archéozoologie, consiste, à partir de l’analyse des ossements de grands mammifères découverts dans des sites préhistoriques, à reconstituer les comportements de subsistance des Néanderthaliens et des premiers Hommes modernes d’Europe.

Dans cette brève vidéo, Marylène Patou-Mathis fait le point sur le mythe de l'homme égoïste, violent, que tente d’imposer les partisans d'une prétendue "nature humaine".




La lecture de son ouvrage est une démonstration scientifique qui remet René Girard et S. Freud (pour les principaux !) au rayon qu'il n'auraient jamais du quitter : celui des littérateurs faiseurs de mythes 




Sujet du Merc. 26 sept 2018 : « …..La religion c’est l’opium du peuple … » K. Marx

       « …..La religion c’est l’opium du peuple … »   K. Marx      Le titre de ce philopiste emprunte ses mots à un texte de K. Mar x ...