dimanche 29 janvier 2017

Sujet du Merc. 01/02/2017 : Uber : ou comment les esclaves se font maîtres ?

        Uber : ou comment les esclaves se font maîtres ? 


Adam Smith écrit en 1759 un ouvrage de philosophie morale, « la théorie des sentiments moraux ». Il expose dans ce texte l’équivalence – pour lui – entre « désir de richesse » et « amour de soi ».

Selon cette interprétation, comme dans « la Richesse des nations » A. Smith se demande comment survit une communauté où chaque individu se préoccupe avant tout de son intérêt personnel.

Pour lui, les actions des individus seraient coordonnées et rendues complémentaires par le marché et ce qu’il appelle la « main invisible ». Selon Smith, les « lois » du marché, associées à la recherche de l'intérêt personnel des agents économiques, conduiraient à un résultat inattendu : l’harmonie sociale. 

La confrontation des intérêts individuels mène naturellement à la concurrence, et cette dernière amène les individus à produire ce dont la société a besoin. En effet la forte demande provoque l’envolée des prix, cette dernière amène donc naturellement les producteurs avides de profits à produire le bien recherché. 
La recherche de l'intérêt personnel d’un individu seul peut être nuisible, mais la confrontation des intérêts personnels mène à l’intérêt général. Si un producteur tente d’abuser de sa position et fait monter les prix, des dizaines de concurrents tout aussi avides de profit en profiteront pour conquérir le marché en vendant moins cher. La main invisible oriente donc le travail vers l’usage le plus utile à la société car c’est aussi celui qui est le plus rentable. Elle règle avec justesse aussi bien les prix, que les revenus et les quantités produites.
Adam Smith avance donc le premier (et c’est là son originalité) l’idée d’un marché
« autorégulateur ».  

Les idées d’Adam Smith sont le fonds idéologique (car déconnectées du réel  - Cf l’analyses des crises et guerre de son époque à nos jours) du libéralisme. Intimement liées au mode de production capitaliste (naissant à l’époque de Smith), elles justifient totalement les processus en cours d’individualisation des agents économiques, connus sous le terme générique d’Ubérisation (du nom de l’application Uber).

Mais notons immédiatement qu’Uber ne fait que ressusciter ce que furent les contraintes du « salariat » au tout début de l’ère capitaliste (début du 19ième siècle). A cette époque, les relations de travail étaient encadrées dans le Code civil par deux types de contrats. Le premier actait une subordination du salarié : le contrat de « louage de service » entre le maître et les « gens de travail ». Il n’était cependant que peu utilisé. Le contrat de loin le plus utilisé était au contraire conçu comme un contrat entre égaux : le « contrat des entrepreneurs d’ouvrage par suite de devis ou marché ». La soumission était ainsi juridiquement niée. Les ouvriers étaient « libres » et …. Précarisés à l’extrême.

Il fallut, pour obtenir des progrès réels par rapport à l’idéologie du « libre agent économique », que le gouvernement de la Commune de Paris instaure de nouvelles lois de défense des ouvriers et qu’une longue succession de conflits sociaux, le plus souvent violemment réprimés, pour que le contrat de travail et la journée de 40h arrivent à maturité au tournant de 1936.

Si le contrat de travail reste (ou restait !) un contrat de subordination il incorpore certaines obligations dues par l’employeur. D’autre part à la suite de la Libération et du CNR le patronat doit inclure dans la rémunération des éléments financiers visant à la sécurité des employés (cotisation retraite, sécurité sociale, chômage …).

Face à la réalité des rapports humains, politiques, au sein de la société ; la doctrine de Smith a dû être adaptée pour éviter des conflits bien nuisibles aux …. affaires ! Mais les temps ont changé et les rapports de force peuvent changer. Un chômage croissant, la robotique, l’informatisation, les délocalisations, la mondialisation de l’économie ; l’apparition d’un syndicalisme « d’accompagnement », réformiste et de partis de pouvoir (se revendiquant de la « gauche » !) ont vu en quelques années le droit du travail profondément dépecé (accord sur l’ANI, loi El Khomri). Le temps est revenu de ressusciter A. Smith et son apologie du « désir de richesse » et de «l’ amour de soi ».

Sur fond de crise économique exacerbé et de chômage incontrôlable Uber (et bien d’autres) propose alors son modèle : le futur chauffeur achète son véhicule, ses costumes, son carburant et Uber le met en relation avec des clients (ou cesse de le mette en relation s’il « n’en fait pas assez »). Au niveau même de l’Etat le fringant ministre de l’économie, E. Macron défend les vertus de cette solution en dépit des dures conditions d'exercice (un salaire horaire net en dessous du SMIC pour 70 heures par semaine et douze heures par jour, comme rempart à «l'assistanat», «dans un système qui ne leur donne pas d'option». Canal +, Nov. 2015.
Mais qui sont les candidats pour ce nouveau mode de se concevoir comme « son propre patron » ? Les cartes ci-contre sont parlantes. Ce sont dans les couches les plus précarisées, depuis des années, de la banlieue parisienne que se recrutent les candidats au rêve du « self made man ».
Mais à ce jeu on retourne rapidement dans la jungle de la mise en place d’un capitalisme sauvage dans lequel, comme au 19ième siècle, les employeurs imposent leurs conditions. Dans le secteur de Uber, des entreprises nouvelles sont apparues dans lesquelles un véhicule est loué à deux chauffeurs (la voiture tourne 24h sur 24h, 7j sur 7), qui travaillent 6 jours à raison de 10 à 12h/jour pour l’équivalent d’un Smic horaire. A Paris et 3 départements  10 centres de formation sur 50 ont fraudés et 500 résultats d’examen (payants !) ont été invalidés.

Uber est emblématique, mais tous les secteurs sont touchés et sur fond de désagrégation sociale, de misère économique et de triomphe de l’individualisme (une des bases de projet d’Adam Smith), le mythe de l’auto-entrepreneur ne peut que se renforcer. Le temps est venu où les esclaves modernes en croyant se faire maîtres ne feront qu’accéder au statut de poulets libres, dans un poulailler ouvert, avec des renards libres aussi.

L’entreprise sera alors totalement libre et nous verrons bien qui sera les maîtres. A moins que par ces ruses que connait l’histoire il soit mis un terme aux maîtres.


Mais c’est un autre sujet !

Sujet du Merc. 07/11/2018 : le lâcher-prise est-il une lâcheté ?

le lâcher-prise est-il une lâcheté ? Lâcher-prise est-il lâche, le lâcher-prise est-il une lâcheté ? Ou plutôt : le lâcher-prise est...