lundi 23 avril 2018

Sujet du Mercredi 25/04/2018 : L’humanitaire n’est-il pas une forme de notre bonne conscience ?


 L’humanitaire n’est-il pas une forme de notre bonne conscience ?        
     
Depuis quelques décennies, la Guerre devient acceptable, et ne suscite plus de grands mouvements de protestation, comme en ont connus les guerres du Vietnam, et d'Algérie. Elle a même ses gestionnaires, la sacro-sainte "communauté internationale", qui sait quand les déclencher, quand les arrêter, et surtout comment les rendre, "durables», mot en vogue.
Un Président se répand en discours  sur la dignité humaine, pendant que son Ministre de la Défense négocie les contrats d'armement. Et tout défenseur du monde "libre", partisan de l'Economie de Marché et de l'UE, se retrouve cité comme un parangon de démocratie: 

en Ukraine, il y a quelques années, des milices d'extrême-droite ,soutien d'un régime archi-corrompu ,antisémites, se sont emparés de l'immeuble des Syndicats à Kiev, ont massacré et brulé des dizaines de syndicalistes, et jeté leurs corps par les fenêtres du bâtiment....

Cela avec l'accord tacite de l'UE, mais peu importe, l' essentiel était qu'ils étaient des anti-Poutine .Et les exemples sont nombreux de ce que aujourd'hui, l'horreur est devenue vivable. La question essentielle étant de savoir quelle aide humanitaire pouvons-nous accorder au Bourreau. 

Dans ce champ "libre "de l'intérêt et de la basse politique, l’éthique n'a plus sa place....  L'Humanitaire joue sa fonction qui est de subvertir le Politique: nous le voyons aujourd'hui, avec la question palestinienne, qui broyée entre la Politique israélienne et l'abandon des régimes arabes, est devenue "Humanitaire"..

Au Moyen Orient, politique mortifère et Humanitaire vont de pair, les uns bombardant, les autres amenant les tentes et les vivres, souvent dans les mêmes escadrilles... Dans ces camps à perte du vue sur la Planète, avec ses humanitaires, ses médecins, ses populations courant derrière des camions de nourriture, on peut voir une forme de solidarité de la grande "chaine humaine", on peut y voir aussi, une image du terrible avilissement de la Condition de l'Homme.

Dans des pays riches et en paix, la dégradation de l'individu est mise en spectacle, avec un exemple, les "Restos du Cœur "en pleine «expansion" chaque année. Sans les institutions caritatives, Samu social et autres, cette question de l'extrême-pauvreté apparaitrait dans sa véritable dimension: politique et révolutionnaire. Là, elle rejoint toute la tradition médiévale de l'aide aux plus pauvres, devient une question "humanitaire "dans laquelle les véritables responsables et coupables ne sont pas identifiés, car le but de l'Humanitaire c'est de faire peser la culpabilité sur Tous! .

Entre le retour de l'Hospice médiéval et les émeutes de la faim, le système dominant a mis en place son filet de sécurité, ici et ailleurs.

De plus en plus, l'alibi humanitaire autorise et valide la Guerre.....L'aide aux victimes n'est plus un moyen de réparer la guerre, d'en atténuer les dégâts, mais devient en lui-même ,le motif de la guerre.....Nous l'avons vu en Lybie, avec les conséquences désastreuses que nous constatons. 

C'est à ce titre que Ronie Brauman parle de "guerre humanitaire". Quelquefois l'Humanitaire piétine, ralentit sa marche bienveillante et sélective, en Birmanie par exemple, où le massacre d'une partie de la population, a été cautionné et peut être organisé par un Prix Nobel de la Paix. 

Aider oui; mais pas tout le monde, peut être que certains peuples ou groupes méritent leur châtiment, et de plus, c’est un Prix Nobel qui nous le dit....

L’aide humanitaire est-elle notre bonne conscience? Après ce constat accablant, il est pourtant possible pour certains, de considérer une face plus noble, celle qui interpelle non pas les dirigeants de ce Monde, la plupart condamnés au Tribunal de l’éthique, mais les citoyens sincères, qui manifestent une empathie dans laquelle l'Humanisme et 'Ignorance se confondent. 

Nier cette empathie, la diaboliser pour ne laisser qu'une place vide, celle de l'indifférence, serait une régression de l'esprit. 

Tout le travail de la Philosophie devrait être de détruire la "bonne conscience" pour en faire émerger la Conscience. Une Conscience qui pose à l'individu un autre choix que d'aménager et de rendre supportable la Barbarie: celui de l'éradiquer.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

1 - Tout commentaire anonyme (sans mail valide) sera refusé.
2 - Avant éventuelle publication votre message devra être validé par un modérateur.

Sujet du Merc. 26 sept 2018 : « …..La religion c’est l’opium du peuple … » K. Marx

       « …..La religion c’est l’opium du peuple … »   K. Marx      Le titre de ce philopiste emprunte ses mots à un texte de K. Mar x ...