samedi 21 janvier 2017

Sujet du Mercredi 25/01/2017 : La paix est-elle possible ?

                               La paix est-elle possible ?
        
De nos jours le thème de la paix peut paraître pour beaucoup, de plus en plus risible quand nous voyons le nombre grandissant de pays déstabilisés, l'état des sociétés humaines et des conséquences que cela entraîne. Voilà une bonne raison pour essayer de développer ce que sous-entend la paix, les actions pouvant être mises en place pour y parvenir, grâce aussi à une certaine compréhension de son antagoniste, qu'est la guerre.
La paix, est en général, définit comme un état d'absence de conflits, de querelles, de guerres, et cela, à différentes échelles: individuelle et collective. Au niveau individuel: on parle de paix intérieure. C'est le fait de vivre en accord avec soi-même, tout en jouissant du calme intérieur, pouvant résulter d'une quête philosophique ou spirituelle.
Au-dessus du niveau individuel, vient le niveau collectif: la paix sociale, ou civile, partant localement grâce à des relations de bonne entente avec son entourage proche (familial et communautaire) pour finir à l'échelle d'un pays/état.
La paix entre les états nations entre alors en jeu, pour pouvoir escompter une paix plus large et globale, basée sur la bonne entente non plus entre personnes mais entre états, représentants d'une population.
La relation de bonne entente, union des cœurs et des volontés, qui produit la paix est définit comme concorde, terme que Spinoza revendiquera comme étant plus adéquate car la paix n'est pas qu'une absence de guerre...
On peut se poser plusieurs questions quant aux rapports des différentes paix distinguées ci-dessus:
-Une personne peut-elle atteindre la paix intérieure, sans qu'il y ait une paix civile?
-La concorde nécessite elle que les personnes impliquées soient en accords avec elles-mêmes?
-De même, la paix entre les états peut-elle exister sans la paix civile?
Il semblerait que non, la paix civile est indispensable à la paix entre états. Kant, dans son Projet de Paix Perpétuelle dit: "La constitution républicaine présente la perspective de la conséquence que nous désirons, à savoir la paix perpétuelle." Pour lui, la république avec sa constitution, est la seule base solide pour accéder à la paix, car la constitution peut garantir la paix civile.

La Nature nous conduit elle à la paix ou à la guerre? Le paradoxe de sa chaotique harmonie peut nous amener à analyser les deux revers de la médaille.

En effet, on peut affirmer que les gens sont le plus souvent orientés vers l'entraide, que vers l'opposition: on ne pense pas qu'à mettre des bâtons dans les roues du voisin! Fort heureusement d'ailleurs! La paix serait l'état normal de l'humanité, certes parcouru par des conflits nombreux et violents mais jamais fatal. Aristophane a écrit dans son œuvre La Paix: "l'homme guidé par ses instincts sensuels semble tendre à la paix", Rousseau, que "l'homme est naturellement pacifique".
Et même si les guerres sont nombreuses et persistantes, ce n'est pas le signe qu'elles soient naturelles: elles peuvent justement être la résultante d'une dénaturation de l'homme, et par conséquent, évitables.

D'un autre côté, on peut nettement opposer à ce qui vient d'être dit, l'appétit de destruction qui semble inné chez l'homme, son coté agressif, et son génie pour générer du chaos. Nietzche disait: "l'état naturel est la guerre, nous ne concluons la paix que pour des périodes déterminées". D'autres diront, l'histoire, c'est la guerre: l'histoire serait l'ultime exemple de l'état naturellement guerrier de l'homme. Il faut donc instituer la paix, comme l'a proposé Kant dans son Projet de Paix Perpétuelle, évoqué plus haut, et qu'on pourrait rapprocher au projet de création de l'Organisation des Nations Unis. L'objectif étant de créer des conditions nécessaires au maintien de la justice et de l'ordre international, et du respect des obligations nées des traités et autres sources du droit international. L'ONU a la volonté de créer une alliance pacifique d'états, dont le but est d'empêcher les conflits armés entres ses différents membres.
Il effectue la mise en place d'une législation internationale qui permet de palier à l'impossibilité de créer un état de nation.

L'envie et des actions politiques de grande envergure pour éviter des guerres ont donc été engendrées. Mais on peut en voir toutes les limites, avec la prolifération actuelle des guerres et les divergences de points de vue et de positions des membres quant à la gestion politique et militaire de ces dernières.

Pour amener les lois régissant un ordre international, des réflexions de justice et d'éthique sont donc nécessaire à la base. Mais là encore, qui décide des lois? Mais plutôt, qui les respecte? On revient à l'image du berger qui garde son troupeau, pour l'emmener inexorablement à l'abattoir. 

L'idée de justice sociale est fondamentale, un impératif minimum, dans le processus pour aboutir à une paix sociale: à une concorde... La justice est le socle dont une société a besoin pour induire l'équilibre, l'harmonie. 

Ne serait pas ce qui manque dans nombres de nos sociétés actuelles?

De plus, est ce que l'absence de guerre, corresponde à l'obtention d'une paix réelle?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

1 - Tout commentaire anonyme (sans mail valide) sera refusé.
2 - Avant éventuelle publication votre message devra être validé par un modérateur.

Sujet du Merc. 26 sept 2018 : « …..La religion c’est l’opium du peuple … » K. Marx

       « …..La religion c’est l’opium du peuple … »   K. Marx      Le titre de ce philopiste emprunte ses mots à un texte de K. Mar x ...