dimanche 29 mai 2016

Sujet du Merc. 01 Juin : La conscience est-elle une spécificité humaine ?



                     La conscience est-elle une spécificité humaine ?

Actuellement, il est fréquemment discuté de la conscience animale, et de la considération que nous devons avoir envers les animaux. Il est aussi de plus en plus évoqué l’éventualité de la « conscience des robots », et des potentiels dangers que les humains pourraient courir de ce fait.
Le terme de « conscience » est un mot-valise mal défini. En latin, il signifie « savoir avec », soit un savoir achevé, soit un savoir partagé.
Est-ce uniquement le fonctionnement biologique du cerveau qui donne le recul nécessaire à la réflexion, sur nous-mêmes et notre environnement ?
Est-ce surtout une notion morale et métaphysique sur le bien et le mal ?
Est-il possible d’en donner une définition correcte et globale en dehors de l’expérience individuelle - forcément teintée de subjectivité – et donc d’objectiver scientifiquement ce concept et ce qu’il recouvre ?

Quelques points de repère

Dans les temps anciens, les réflexions sur ce sujet ne portent quasiment que sur l’aspect moral et spirituel.
La philosophie des grecs porte principalement sur l’éthique, (notions de vertu et de bonheur), et sur la connaissance de la nature.

Avec Galien, au 2ème siècle de l’ère commune, commence le long chemin qui va nous faire mieux comprendre le terme de conscience. En médecin, praticien de la dissection, il théorise le siège de la pensée dans le cerveau.

Avec Descartes, au 17ème siècle, la conscience de soi est considérée comme un fait. Il la situe dans l’âme, (au sens de siège de la pensée), entièrement indépendante du corps, bien que considérant l’union de l’âme et du corps. On perçoit déjà le casse-tête philosophico-scientifique qui s’annonce : en effet, comment démêler le rapport intime de l’observant et du sujet de l’observation, puisqu’il s’agit du même.

Avec Spinoza, toujours au 17ème siècle, corps et esprit sont une seule et même chose perçue sous deux attributs différents.

Les neurosciences cognitives

Les neurosciences cognitives apparaissent au milieu des années 50, et désignent l’étude des mécanismes neurobiologiques (perception, motricité, langage, mémoire, raisonnement, émotions...).
L’origine des neurosciences cognitives c’est l’étude des lésions cérébrales et la recherche des liens entre anatomie du cerveau et  fonctionnement de l'esprit. En cela on retrouve, presque 20 siècles plus tard, les préoccupations de Galien !

L’imagerie cérébrale, (IRM fonctionnel), permet de visualiser en temps réel les champs cérébraux actifs.
Pour Jean-Pierre Changeux, il existe « un espace de travail neuronal », constitué de neurones momentanément coactivés, et qui forment le siège de la conscience.
Pour Antonio Damasio, les émotions jouent un rôle crucial dans nos prises de décision. Plus précisément, la conscience ne commence pas dans le cortex cérébral mais dans le tronc cérébral, (qui relie les hémisphères cérébraux et la moelle épinière).

Le tronc cérébral « établit des cartes, en fonction des données envoyées par le corps », conscience spontanée, et le cortex cérébral, conscience réfléchie, élabore cette information sensorielle de façon précise et complexe.
Les conséquences en seraient mémorisation et anticipation. Le cortex, seul, permettrait de se situer sur l’échelle du temps et de tout mettre en langage. Pour Damasio, les animaux, même les plus évolués, n’ont pas un grand sens du futur, (c’est une chose de ressentir de la douleur, c’en est une autre d’anticiper sur sa durée).

En cela réside la fascination du film Blade Runner, (tiré d’un roman de Philip K. Dick), sorte d’uchronie qui nous laisse entendre que des robots sophistiqués puissent arriver à la pleine conscience de la finitude, et aussi éprouver des émotions.


Les animaux

Il semble bien, d’après les éthologues qui les ont longuement observés, que les animaux ont intelligence et caractère, et des relations sociales complexes.
A minima, l’expression de la douleur ou du plaisir ressenti nous fait comprendre spontanément la qualité d’être sensible. Y a-t-il pensée abstraite, et si oui, à quel degré de sophistication ?
La barrière de l’espèce nous empêche t’elle de mieux comprendre leur degré de conscience ?
Nous sommes actuellement devant un certain mur d’incompréhension par l’absence de méthode nous permettant d’avoir des certitudes. C’est peut-être pourquoi nous retournons aux concepts éthiques de la philosophie des anciens.
Est-ce là la limitation de la science devant la réflexion philosophique, on peut le penser.


Les robots

Le mot robot vient du tchèque, et évoque l’activité besogneuse.
Les robots, pas nécessairement dotés d’apparence humaine, deviennent de plus en plus sophistiqués par leur autonomie, vitesse de réaction, adaptation à l’environnement.
Jusqu’à présent, ils sont tous conçus pour un champ d’application spécialisé. Là, ils excellent, mais là seulement. C’est bien là que réside le problème : comment doter une entité synthétique autonome des fonctions cognitives humaines, de combinatoire quasi infinie et marquée par les aléas de l’empreinte émotionnelle.

Pour le chercheur en intelligence artificielle Yann Lecun,  considéré comme l'un des inventeurs du deep learning, les progrès futurs nécessaires pour le développement de l'intelligence artificielle passent par le développement d'une méthode efficace « d'apprentissage non supervisé », (c.a.d.  Apprendre à apprendre). Il estimait récemment qu’on ne puisse éventuellement y réussir que dans un siècle au mieux !


Conclusion provocante et très provisoire

Je vous propose d’analyser tous ces concepts en ajoutant le filtre de l’utilitarisme libéral, (ou néo-libéral, comme souvent dit).
Les animaux sont, depuis 100 à 150 ans, utilisés à des fins froidement mercantiles, et considérés uniquement comme de la matière productive.
Les humains, et nous en avons l’expérience commune, sont de plus en plus considérés sous le seul aspect du rendement financier.
L’évocation de la notion de conscience, avec les raffinements qui s’y rattachent, sont-ils seulement le cache-misère de l’abrasion néo-libérale, et de son absence de contenu moral ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

1 - Tout commentaire anonyme (sans mail valide) sera refusé.
2 - Avant éventuelle publication votre message devra être validé par un modérateur.

Sujet du Merc. 05 décembre 2018 : Faut-il avoir peur d’un fascisme renaissant ?

    Faut-il avoir peur d’un fascisme renaissant ? Il y a quatre-vingt-cinq ans que   le pouvoir a été donné   à Hitler   Est-ce que l...