lundi 26 octobre 2015

Sujet du Merc. 28/10/2015 : Parole d'expert ?!



                                                           Parole d’expert !?

« L'expert n'est pas simplement celui qui sait, sur un champ délimité de savoir. Son expérience reconnue lui permet d'apporter une réponse argumentée à une demande d'expertise.
Il faut le différencier du savant et aussi du spécialiste.
Une notion nouvelle, dérivée du concept d'expert, apparaît qui est l'« expertise citoyenne », qui peut éventuellement mobiliser une contre-expertise scientifique.
Des chercheurs tentent aussi depuis la fin du XXème siècle de développer et affiner des systèmes experts généralement basés sur des logiciels conçus pour en quelque sorte « imiter » la démarche d'analyse d'experts d'un domaine donné (ex : assistance au diagnostic médical).
Le savant est réputé maîtriser la connaissance d'un domaine donné, et cette connaissance, censée avoir une réalité en soi.
On attend généralement d'un expert plusieurs qualités :
·         Posséder une connaissance qui ne soit pas surpassée par celle du savant.
·         Avoir la capacité du fait de son expérience et d'une intégration de savoirs variés, d'exprimer des jugements pertinents (sagacité).
·         Se révéler apte à communiquer et à participer à des débats ouverts avec des décideurs et des non-experts.
·         Honnêteté, indépendance et compétence.
La neutralité de l'avis de l'expert peut être contrainte par des engagements (signatures de clauses de confidentialité, devoir de réserve), des conflits d'intérêt ou des pressions de la part de certains d'autres de ses employeurs. Pour limiter les risques de ce type, de nombreuses agences internationales ou nationales se voulant "indépendantes", conformément à leurs statuts, demandent maintenant à leurs experts scientifiques de déposer et signer une « déclaration d’intérêt ». De plus chaque expert devra établir une « déclaration spécifique d’intérêt » pour chaque réunion et en relation avec « tout mandat donné ». L'EFSA a prévu un examen des déclarations visant à détecter d'éventuels conflits potentiels d’intérêt et à agir en conséquence. Les intérêts pris en compte sont directs ou indirects : ce sont par exemple les conflits d'intérêt qui pourraient être induits un emploi (actuel ou ancien, dont en sous-traitance), des investissements, tout type d'honoraires, une participation au capital d'une entreprise, une bourse, un parrainage ou n'importe quel type de prestation ainsi que des intérêts découlant des activités professionnelles de l'expert ou de ses proches ou parents proches ; l’appartenance ou l’affiliation à une organisation ou un à organisme ayant des intérêts dans les travaux de l’EFSA. L'expert doit notamment fournir un CV détaillé, ce qui peut poser problème dans le cas d'experts ayant fait des travaux relevant de la confidentialité imposée par contrat, ou relevant de la défense. Cette transparence répond à quelques scandales liés à une expertise partiale, mais aussi au fait que dans certains domaines émergents (certains domaines du génie génétique ou des nanomatériaux par exemple, où il est difficile de trouver des experts qui ne soient pas peu ou prou liés à des entreprises ou à des intérêts privés ou publics). Malheureusement en cette année 2012, l'EFSA est au centre même de la question en matière non seulement concernant l'indépendance de ses membres mais de conflits majeurs concernant des conflits d'intérêts et financements par les industries alimentaires parties à leurs travaux ».
Certains penseurs comme Howard Zinn, pensent que les experts sont un danger pour la démocratie. (Wikipedia)

Langage et parole d’experts dans les cafés-philo :
« Marc Sautet, voulant renouer avec la pratique philosophique à la mode classique antique grecque, et lassé de l'ésotérisme philosophique universitaire confinant la philosophie dans des cénacles d'experts, inventa la formule populaire des cafés philosophiques.
La philosophie contemporaine, jusqu'alors élitiste et hermétique, est enfin redescendue dans la rue sur l'Agora comme elle était appliquée du temps des Grecs.
La philosophie antique classique grecque ne se concoctait pas dans des cercles restreints de rares initiés, mais s'adressait à tous les citoyens de la Polis, de la Cité.
Les dialogues de Platon sont toujours là pour nous rappeler que Socrate n'avait pas d'école et qu'il philosophait sur la place publique avec tout citoyen passant à sa portée, sans distinction de titre nobiliaire, ni de fonction prestigieuse.
De plus, la philosophie classique grecque associait théorie et pratique, l'une n'allant jamais sans l'autre ; d'ailleurs les débats socratiques se nourrissaient de l'expérience pragmatique du quotidien de chacun. (…)
Nous définirons le café philosophique comme une technique de groupe s'étayant sur le langage et la parole pour la recherche de vérités.
Nous distinguerons le langage d'une part et la parole d'autre part.
Le langage est le fonds de tous les signifiants communs à la langue, il est l'instrument, l'outil au service de la parole qui est l'expression subjective individuelle de la pensée singulière.
Le langage est collectif et la parole est individuelle.
En quoi le café philosophique se différencie-t-il de la philosophie universitaire d'expertise sur le plan du langage ?
Tout d'abord le café philosophique échappe en règle générale au jargon des experts, en usant d'une sémantique partagée par la plupart des participants. Nous dirons que le langage des cafés philosophiques est suffisamment riche pour exprimer les idées sans sombrer dans un jargon abscons. Dans un café philosophique, lorsque tel ou tel fait référence à un concept théorique abstrait de tel ou tel grand philosophe, il lui est précisé qu'il convient de le définir dans un langage abordable par tous afin que tous en fassent bon usage. En cela la diversité des cultures personnelles qui caractérise la pluralité des protagonistes d'un café philosophique permet une action pédagogique non négligeable.
Le langage des cafés philosophique associe abstrait et concret, il use souvent de métaphores et de métonymies permettant d'imager les idées abstraites.
Il ne s'émancipe pas toujours des modes médiatiques dont font grand usage les journalistes que lisent les participants des cafés, mais cette vogue des clichés, des termes à la mode est tempérée par une critique que ne manque pas de solliciter les avis contradictoires que suscitent les débats dialectiques.
Les cafés philosophiques sont la mise en œuvre de la dialectique grâce aux points de vue divergents soulevés dans des débats contradictoires.
Le langage des cafés philosophiques est un trésor d'antinomies, d'oppositions dualistes que cherchent à concilier les participants dans des formulations syncrétiques symboliques.
Les cafés philosophiques sont le règne du diabole et du symbole !
Le café philosophique, c'est d'abord l'arène du diabole, c'est-à-dire en grec de ce qui divise, en effet les débats sont le lieu de confrontations des opinions antinomiques qui sont source de conflits intellectuels.

Mais le café philosophique à terme, c'est le culte du symbole, en grec ce qui unit, car l'animateur qui pondère les débats pousse le groupe à trouver des médiations symboliques entre les antinomies.
Quant à la Parole, en tant qu'expression subjective du désir des individus, elle n'est pas en reste. En effet souvent certains participants, tels des médiums des représentations inconscientes collectives du groupe travaillées depuis le début du débat, amènent une parole vraie, authentique, qui vient souvent troubler le ronronnement mécanique du langage conformiste des cafés philosophiques, pour créer des moments féconds où s'exprime l'inconscient collectif du groupe.
Ces paroles vraies authentiques qui ne sont pas rares sont souvent métaphoriques et symboliques. Elles ont pour fonction de lever le voile de Maya des illusions des apparences, pour faire accéder le groupe aux idées fondamentales qui le sortent du dilemme, de l'impasse, de l'aporie.
La Parole vraie est souvent une métaphore vive, qui plus que les concepts théoriques abstraits, féconde le débat qui devenait stérile ».
Extrait d’une réflexion de Fernand Reymond, animateur de cafés-philo, sans être philosophe expert.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

1 - Tout commentaire anonyme (sans mail valide) sera refusé.
2 - Avant éventuelle publication votre message devra être validé par un modérateur.

Sujet du Merc. 26 sept 2018 : « …..La religion c’est l’opium du peuple … » K. Marx

       « …..La religion c’est l’opium du peuple … »   K. Marx      Le titre de ce philopiste emprunte ses mots à un texte de K. Mar x ...