dimanche 23 février 2020

Sujet du Merc. 26/02/2020 : PEUT-ON APPRENDRE A MIEUX VIVRE ET A MIEUX ETRE ?


   PEUT-ON APPRENDRE A MIEUX VIVRE ET A MIEUX ETRE ?

Voilà un thème où la philosophie peut vraiment nous répondre et nous être utile !
Les Grecs nous ont conseillé de « penser mieux pour vivre mieux ». Pour Epicure la philosophie nous aide à interpréter nos tourments et nos désirs confus. Celui qui prétend qu’il n’est pas encore prêt pour la philosophie ou au contraire qu’il est trop tard pour lui est semblable à celui qui croit qu’il est trop jeune ou trop vieux pour le bonheur !

« S’élever au-dessus des contingences extérieures » nous souffle Socrate. Il faut avoir la lucidité de voir le monde tel qu’il est et après tenter d’élaborer une éthique, une règle de vie qui oriente notre action. Pour Socrate c’est mettre à l’épreuve les idées reçues, les mettre à l’épreuve de la raison. Donc la nécessité de s’appuyer sur de solides connaissances qui reste le seul moyen de dépasser nos passions.
La démarche philosophique nous permet d’aller mieux mais aussi de devenir meilleur parce qu’elle remet sans cesse en question nos façons de penser et d’agir. Elle nous propose le doute.

La fonction critique conduit à une quête perpétuelle de la connaissance et nous libère des préjugés et des croyances.

Apprendre à être lucide donc savoir prendre du recul.
Et pour mieux vivre et mieux être, une solution apprendre à mieux penser ! Et pour mieux penser il est indispensable d’aimer la vie. D’abord pouvoir s’émerveiller de l’infiniment petit qui contient le tout dans un atome ou une cellule.
Il faut jouir pleinement: savoir saisir le meilleur de l’instant pour ne pas gâcher sa vie d’inutiles tourments. Le bonheur est accessible maintenant et ici. Etre capable de se satisfaire de ce que l’on a et d’abord de VIVRE : le bonheur et le mystère d’exister. Alors apprendre à savoir vivre en visant la volupté et en dédaignant la tristesse.
Cette recherche du mieux vivre donc d’un certain bonheur consiste à se réconcilier avec le réel et à l’apprivoiser au présent.
Il faut ajouter à la connaissance et au savoir vivre la tolérance et le respect c’est-à-dire s’accepter tel qu’on est et accepter l’autre tel qu’il est. Ainsi Albert Camus nous dit : « pour se connaitre il faut s’accepter donc être soi-même. Ne pas s’accepter c’est devenir malheureux, semer le désaccord et rendre malheureux ceux qui nous entourent ».

« L’homme est désir et conscience » Spinoza. L’essence de l’homme est le désir d’être heureux, de bien vivre et de bien agir !
Pour mieux vivre l’homme doit se sentir libre, conscient de ses affects et de ses passions sinon il prend le risque de rester aliéné particulièrement s’il n’en connaît pas les causes. La libération devient possible par l’autonomie et  cette autonomie mène à la joie.

Descartes dit la même chose : « je fermerai mes yeux, je boucherai mes oreilles, j’effacerai même de ma pensée toutes les images des choses corporelles et ainsi m’entretenant seulement avec moi-même et considérant mon intérieur, je tacherai de me rendre peu à peu plus connu et plus familier à moi-même ».
« Bien faire et se tenir en joie » Spinoza
Il faut tenter de surmonter la tristesse et la haine qui est en nous. Surmonter ne signifie pas combattre. Dans l’éthique Spinoza nous propose de surmonter par la présence d’esprit, par la force de l’âme et l’apprentissage de la connaissance. L’éthique est un art de la joie pour entretenir les affects joyeux. La haine peut être vaincue par l’amour et la générosité.

« Si vous voulez que la vie vous sourit, apportez-lui d’abord votre bonne humeur »
« La satisfaction intérieure est d’abord ce que nous pouvons espérer de plus grand ».
Pour Albert Camus las 4 conditions du bonheur :
-La vie en plein air
-L’amour d’un autre être
-L’absence d’ambition
-La création

Ce concept de créativité donne la possibilité d’offrir à l’homme une valeur universelle et beaucoup de responsabilité puisqu’à partir de son intelligence et de ses capacités il peut créer le meilleur et ne pas capituler dans le chaos …
On peut alors se demander pourquoi tant de haine, tant de guerre, tant de souffrance, tant de tristesse
Sommes-nous capables de mieux penser pour mieux être ? Il en y va de l’avenir de la condition humaine.

 Il y a une nécessité de plus en plus essentielle de la connaissance de l’histoire, de la philosophie, de l’écologie pour savoir mieux partager et savoir mieux vivre ensemble. D’où l’importance primordiale de la pédagogie, de l’enseignement et de l’éducation afin de nous permettre de mieux penser.

Je terminerai par cette phrase de Samuel Beckett :
« Vivre c’est bien. Savoir vivre c’est mieux. Survivre c’est sans doute le problème des hommes de demain ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

1 - Tout commentaire anonyme (sans mail valide) sera refusé.
2 - Avant éventuelle publication votre message devra être validé par un modérateur.

CONFÉRENCE AUDIO 2 : L'ETHIQUE de SPINOZA par R. Misrahi

En ces périodes de confinement, où la paresse devient inexcusable, nous vous proposons la deuxième partie de trois conférences  (audio...