lundi 20 janvier 2020

Sujet du Merc. 22/01/2020 : "Que nul n'entre ici s'il n'est géomètre" Platon


Que nul n'entre ici s'il n'est "géomètre" (Platon). 

Ce texte figurait parait-il au fronton de l’école de philosophie que créa Platon, école qui s’intitulait «  Académie ».

Imaginons un instant qu’à l’entrée du café philo figure cette phrase. Il est probable que beaucoup rebrousseraient chemin. Mais que peut-on entendre par « géomètre » ? Pour Platon, la géométrie, pas plus que les autres sciences mathématiques, n'est une fin en soi, mais seulement un préalable destiné à tester et développer la capacité d'abstraction de l'étudiant. Il s’agissait, pour lui, d’apprendre à dépasser les sensations qui nous maintiennent dans l’ordre du visible ( des sens) et du matériel pour s’élever vers un intelligible transcendantal.

Dans ce cadre la géométrie est une science qui n’autorise guère de fantaisies et on comprend peut être mieux la préoccupation de Platon. Des lignes des courbes, de segments, des angles …. Si toutes les activités humaines pouvaient ainsi être abordées, si la vertu, le courage, la beauté … pouvaient se mesurer pour arriver un absolu de Vertu, Courage, Beauté.

On est là dans une recherche qui a profondément marquée la philosophie. Aujourd’hui encore certains philosophes posent ainsi les problèmes. Il y aurait – au-dessus – de nos petites contingences des valeurs « en soi ». du Bien, du Mal, du Beau, du Laid, de l’Ethique, etc….

C’est en ce sens que Platon pose la géométrie comme pivot de l’accès à la connaissance. Mais ce n’est pas à la connaissance du réel auquel s’attache Platon. Rompant avec les traditions philosophiques antérieures qui cherchaient à comprend la nature, la matière, Platon va s’attacher à chercher en tout ce qui transcende ce tout.

Pour lui le réel n’existe pas, au dessus du réel il y a le monde des idées et si, pour reprendre un exemple classique, nous avons des lits ce ne sont que des réplique du lit « premier » qui est le lit de dieu. D’où aussi la haine de Platon pour les arts. 

Pour reprendre l’exemple ci-dessus Platon acceptait qu’un artisan puisse «  reproduire » le lit de dieu pour notre usage, mais qu’un peintre puisse montrer un lit sur un tableau, cela avait une valeur de sacrilège. En effet l’artiste proposait une « idée » du lit, alors que la seule idée possible était l’idée supérieure, celle formulée par le dieu.

Il ne faut donc pas prendre cette phrase, intitulé du sujet, comme une volonté d’accorder science et philosophie, mais au contraire comme tentative de mathématisation du monde, mais avec un présupposé. Le monde est le résultat d’une idée divine et la géométrie est l’outil donné par dieu (une idée) pour nous faire accéder à la transcendance.

Alors que, comme nous l’avons vu avec Anaximandre, deux siècles plus tôt ( voir philopiste : «  Anaximandre ou la fin du mythe » ), la géométrisation du cosmos avait permis de développer une philosophie d’explication du monde fondée sur le rejet d’une « naissance », d’une création et un projet d’organisation sociale prenant en compte isonomie et contradiction; avec Platon nous assistons à une reprise en main de la pensée mythique, une remise en cause de toute la philosophie de la nature et une conception politique basée sur l’inégalité et le « mensonge nécessaire ».

Le monde grec avait changé en deux siècles. Une oligarchie et une monarchie s’étaient peu à peu imposées aux hommes. Athènes avaient fait la guerre et son pouvoir déclinait. Une pensée nouvelle s’avérait nécessaire. 

Platon allait être le penseur de cette époque. En réaction à la décadence rien de tel qu’une dose de croyances revues et corrigées. En réaction à la philosophie de la nature, elle qui partait du réel pour en tirer des lois et transformer ce réel, quoi de plus logique que de nier le réel et d’en revenir « au bon vieux temps » celui des mythes et des explications cosmologiques fondées sur de la pure spéculation : 
Pour Platon, le monde s’appuie sur cinq éléments essentiels : le Feu, l’Air, l’Eau, la Terre et l’Univers. En réaction à l’idée d’un univers incréé, le dieu créateur ressuscite « Ainsi, le Dieu a placé l'air et l'eau au milieu, entre le feu et la terre, et il a disposé ces éléments les uns à l'égard des autres, autant qu'il était possible dans le même rapport, de telle sorte que ce que le feu est à l'air, l'air le fût à l'eau, et que ce que l'air est à l'eau, l'eau le fût à la terre. De la sorte, il a uni et façonné un Ciel à la fois visible et tangible." (Platon – Le Timée)

La philosophie va désormais se tourner vers la métaphysique. Les choses « en soi », les concepts à majuscules (Vérité, Beauté …) vont dominer le débat théologico-philosophique. 

Les atomistes comme Epicure, Démocrite… ne purent s’imposer face à une philosophie qui proposait aux puissants un tel corpus idéologique. Il faudra un Spinoza, puis un Descartes pour voir commencer à émerger une pensée différente. 18 siècles pour un renouveau de la pensée philosophique.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

1 - Tout commentaire anonyme (sans mail valide) sera refusé.
2 - Avant éventuelle publication votre message devra être validé par un modérateur.

Sujet du 19 février 2020 : "La bouffe vient d'abord, ensuite la morale" Brecht – Opéra de quat’sous -

                  " La bouffe vient d'abord, ensuite la morale" Brecht                                                   ...