lundi 14 janvier 2019

Sujet du mercredi 16/01/2019 : Comment penser ensemble ?

                                      Comment penser ensemble ?



"Qu’est-ce qui pourrait donc assurer une qualité intellectuelle, une teneur réflexive au débat démocratique ? 

Élever l’instruction de tous paraît incontournable, mais ne semble pas suffisant : on peut apprendre à manier de mieux en mieux les outils de la rhétorique, et devenir un bon vendeur, un excellent publicitaire ... ou un politicien convaincant. Nous avançons dans le cadre éducatif une autre proposition : s’entraîner à la discussion à visée philosophique, et ce dès le plus jeune âge.

Celle-ci suppose en effet de constituer le groupe en “ communauté de recherche ”, où l’enjeu principal bien au-delà des jeux de pouvoir et de séduction dans un collectif, devient une démarche de recherche de vérité par rapport à la question fondamentale, posée là à tout homme. On ne lutte plus contre, on cherche avec (débat heuristique, et non éristique selon Aristote).

La visée philosophique d’une telle discussion implique des exigences intellectuelles, pour que chacun cherche à penser ce qu’il dit. Disposition à :  
  
problématiser, c’est-à-dire mettre en question ses affirmations, considérer ses thèses comme des hypothèses, remonter au problème dont elles se prétendent les solutions, interroger la question elle-même, dans ses présupposés et conséquences…    
    
conceptualiser, c’est-à-dire tenter de définir les notions convoquées pour penser, identifier et élaborer des distinctions conceptuelles, pour préciser ce dont on parle   

argumenter, c’est-à-dire déconstruire des affirmations, répondre à des objections, fonder rationnellement son discours, pour savoir si ce qu’on dit est vrai …

Dans cette éthique communicationnelle qui est en même temps une morale de la pensée, on n’écoute pas seulement les autres par respect, on a besoin d’eux pour cheminer dans l’énigme humaine. Dans cette communauté d’esprits rationnels visant l’auditoire universel, on ne fait de cadeau ou de bobo affectifs à personne, mais toute objection est un cadeau intellectuel pour aller plus loin...

Une telle discussion n’a peut être jamais existé, mais cette “ matrice didactique du philosopher ” est un “ idéal régulateur ” (Kant) utile pour tous ceux qui cherchent à donner une visée philosophique à une discussion dans la cité ou en classe.

Nombre de pratiques s’y essayent aujourd’hui,  en avançant l’idée d’un “ citoyen réflexif ”, c’est-à-dire qui se fait une idée exigeante du débat démocratique. Le penser ensemble démocratique pourrait ainsi se “ muscler réflexivement ” en s’étayant de l’entraînement au penser ensemble philosophique. 

Cette idée d’une “ démosophie ”, ou sagesse du peuple, nous sortirait ainsi du dilemme dans lequel Platon avait voulu nous enfermer : l’aristocratie philosophique des idées contre la démagogie démocratique des préjugés de la foule. 

Mais encore faut-il, pour que cette utopie travaille notre société, que les philosophes professionnels ne désertent pas les cafés-philo, et que l’école prenne au sérieux l’éveil de la pensée réflexive chez l’enfant…

….Le “ penser-ensemble ” de la discussion philosophique à plusieurs apparaît donc comme un pari et un défi : ceux relevés par les cafés-philo dans la cité, et par tous ceux qui dans le système éducatif, de la classe terminale à l’école primaire, instaurent des discussions “ à visée philosophique ”. 

D’autant que ces pratiques innovantes sont menacées par les dérives toujours possibles de l’usage commun dans notre société du penser ensemble : le débat démocratique."

M. Tozzi. Prof de philo, in "pratiques philosophiques" ( extraits ).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

1 - Tout commentaire anonyme (sans mail valide) sera refusé.
2 - Avant éventuelle publication votre message devra être validé par un modérateur.

Sujet du Merc. 21/08/2019 : Êtes-vous assez rentable ?

Êtes-vous assez rentable ? Nous vivons aujourd’hui dans un système économique et politique pétri depuis presque deux siècles par la ...