samedi 13 janvier 2018

Sujet du Merc. 17/01/2018 : Qu’est-ce que : « avoir raison » ?



           Qu’est-ce que : « avoir raison » ?     

Dans l’usage, « avoir raison » peut signifier principalement deux choses...

- Que face à une situation donnée, nous avons pris la bonne décision; ou la décision la meilleure, la plus adaptée (ad hoc).

- Que ce que l’on dit est vrai. Autrement dit que nous énonçons une vérité. La vérité étant une idée, ou son expression, conforme à son objet; c’est-à-dire à la part de réalité concernée. Avoir raison signifie donc que ce que l’on dit est conforme, ou correspond bien à la réalité.

En comprenant le sens de cette expression, nous ne pouvons qu’approuver cette citation de Warren Buffet: Vous n'avez pas raison ou tort parce que d'autres sont d'accord avec vous. Vous avez raison parce que vos faits sont exacts et votre raisonnement est juste.
En effet; le fait que des personnes soient d’accord avec ce que l’on affirme, n’implique absolument pas que ce que l’on affirme est conforme à la réalité. Cela implique juste que ce que l’on dit correspond à ce que pensent les autres, c’est-à-dire à l’idée qu’ils se font de la réalité concernée.

Ainsi, au XVI siècle l’astronome et physicien Galilée, en affirmant que la Terre était ronde et qu’elle tournait autour du soleil, était en opposition avec ce que l’on pensait. Pourtant, on sait aujourd’hui que c’est cette idée, cette affirmation qui correspond (le mieux) à la réalité.

Galilée avait donc raison. Et l’on aurait pu savoir, même à l’époque, qu’il avait raison PARCEQUE les observations (aboutissant à cette idée) étaient exactes ET que le raisonnement était juste.
En effet, et par exemple, concernant la forme: étant au bord de l’océan et par temps clair, on peut observer qu’un bateau qui s’éloigne semble « s’enfoncer dans l’horizon ». Le raisonnement fut celui-ci; en admettant le rayonnement lumineux parfaitement rectiligne (malgré la théorie de la Relativité générale cela reste vrai à cette échelle), cela ne pouvait s’expliquer que par une très légère courbure de la surface de l’Océan. En extrapolation dans l’imaginaire cette légère courbure on aboutit à une forme sphérique.
Cela montre également que pour accéder à la vérité, à une connaissance juste (ou encore une conscience exacte des choses), les observations seules sont insuffisantes ; elles doivent être inséparables du raisonnement. Car précisément, si l’idée répandue à l’époque était celle d’une Terre plate (et du soleil tournant autour), cela ne pouvait être que parce que cela correspond à ce que l’on voit (et croire que l’unique raison était que c’était la vue imposée par l’Église serait une erreur). 

- Mais « avoir raison » peut aussi signifier « paraître avoir raison ». Et cela signifie que les autres croient que l’on a raison; c’est-à-dire qu’ils sont d’accord. Ce sens est donc inverse du sens principal.
- Enfin, cela peut signifier également « gagner », « vaincre quelque chose ou quelqu’un », ou encore « imposer une situation » (« avoir raison de »)…


A la différence de l’expression « avoir raison » qui signifie principalement « énoncer quelque chose de vrai » (ou prendre la bonne décision) mais parfois aussi « paraître avoir raison », «finir par avoir raison » comme « vouloir avoir raison » relève uniquement du sens « dévié ».
Il s’agit de vouloir convaincre pour l’une et de « finir par être arrivé à convaincre » pour l’autre. Et le souci de vouloir convaincre, imposer une idée, dans les faits, prime toujours sur celui de savoir si l’on a véritablement raison ou non. Et c’est même souvent au mépris de savoir si cette opinion est juste ou non, ou plus exactement, sans se préoccuper de son degré de justesse.

Et la « raison » de la perversion du mot « raison » se trouve exprimée par cette citation de bon sens du 17ème siècle : On ne se soucie pas tant d'avoir raison que l'on se soucie de faire croire qu'on a raison: c'est ce qui fait que l'on soutient son opinion avec opiniâtreté, après même qu'on a reconnu qu'elle est fausse. (Pierre d’Ailly)

Lorsque l'on a raison, ou que l'on pense avoir raison, on est en général amené à convaincre les autres de la justesse de sa position. On est donc amené à « argumenter »...
Lorsque l'on a (véritablement) raison les « justifications » que l'on peut produire sont alors des argumentations, des explications « en principe » exactes.

Lorsque l'on a tort tout en étant convaincu d'avoir raison, les arguments et explications sont alors erronés.
Mais lorsque l'on a tort, qu'on en est conscient mais que l'on continu d'essayer de faire reconnaître sa position comme juste, les explications fallacieuses et les fausses argumentations sont alors des arguties.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

1 - Tout commentaire anonyme (sans mail valide) sera refusé.
2 - Avant éventuelle publication votre message devra être validé par un modérateur.

Sujet du Merc. 20/06/2018 : N’idéalise-t-on pas la démocratie ?

N’idéalise-t-on pas la démocratie ? Étymologie et définition Le terme démocratie tire son origine de deux racines grecques : dem...