dimanche 4 septembre 2016

Sujet du Mercredi 07 Sept 2016 : "RENVERSER L’IRRÉVERSIBLE" P. Nizan



"RENVERSER L’IRRÉVERSIBLE" P. Nizan


En 1932 Paul Nizan publie « Les chiens de garde », pamphlet politico-philosophique. En 1998, Serge Halimi, alors journaliste au Monde Diplomatique organise la publication de ce pamphlet. 

Il déclare alors :  « L'actualité des Chiens de garde, nous aurions cependant préféré ne pas en éprouver la robuste fraîcheur. Nous aurions aimé qu'un même côté de la barricade cessât de réunir penseurs de métier et bâtisseurs de ruines. Nous aurions voulu que la dissidence fût devenue à ce point contagieuse que l'invocation de Nizan au sursaut et à la résistance en parût presque inutile. Car nous continuons à vouloir un autre monde. L'entreprise nous dépasse ? 
Notre insuffisance épuise notre persévérance ? Souvenons-nous alors de ce passage par lequel Sartre a résumé l'appel aux armes de son vieux camarade : « Il peut dire aux uns : vous mourez de modestie, osez désirer, soyez insatiables, ne rougissez pas de vouloir la lune : il nous la faut. Et aux autres : dirigez votre rage sur ceux qui l'ont provoquée, n'essayez pas d'échapper à votre mal, cherchez ses causes et cassez-les. ».

Chercher les causes, ne pas s’en tenir aux conséquences, aux apparences tout cela traverse la révolte de Nizan. Pour lui rien de statique, ni de figé. La philosophie ? :

« La philosophie-en-soi n'existe pas plus que le cheval-ensoi : il existe seulement des philosophies, comme il existe des arabes, des percherons, des léonais, des anglo-normands. Ces philosophies sont produites par des philosophes : cette proposition n'est point si vaine qu'on a accoutumé de le croire. Comme il existe trente six mille espèces de philosophes, il existe autant de sortes de philosophies.
La philosophie est un certain exercice de mise en forme qui réunit et ordonne des éléments de n'importe quel aloi : il n'y a point de matière philosophique, mais une certaine coutume de réunir des affirmations au moyen de techniques complètement vides par elles-mêmes ; le thomisme au même titre que le kantisme fait partie de la philosophie. 

La philosophie dit n'importe quoi, elle n'a point de vocation éternelle, elle n'est jamais, elle n'a jamais été univoque, elle est même le comble de l'activité équivoque. La philosophie en général est ce qui demeure des différentes philosophies lorsqu'on les a vidées de toute matière et qu'il n'en subsiste plus rien qu'un certain air de famille, comme une atmosphère évasive de traditions, de connivences et de secrets. C'est une entité du discours. 

Comme il ne se peut point cependant qu'une entité se constitue tout à fait sans raisons, on peut avancer que les philosophies possèdent une unité formelle de dessein : elles revendiquent comme un titre, comme une prétention permanente, le pouvoir et la fonction de formuler des dispositions, des directions de la vie humaine. 

La philosophie finit toujours par parler de la position des hommes, elle obéit toujours au programme que lui assigna Platon : " L'objet de la philosophie, c'est l'homme et ce qu'il appartient à son essence de pâtir et d'agir. " Mais comme il n'y a pas un ordre unique de la position humaine, une solution établie pour l'éternité du destin des hommes, une seule clef de leur situation, cette philosophie demeure complètement équivoque. 
La première tâche qui est proposée à une entreprise critique, à une révision essentielle est la définition de l'équivoque présente du mot " philosophie ". ».

La tâche que nous assigne Nizan est elle si complexe que cela ? 

Si nous considérons comme il le déclare :  « L'homme n'a jamais rien produit qui témoignât en sa faveur que des actes de colère : son rêve le plus singulier est sa principale grandeur, renverser l'irréversible » 

Ou, si l'on préfère, refuser de « voiler les misères de l'époque, le vide spirituel des hommes, la division fondamentale de leur conscience, et cette séparation chaque jour plus angoissante entre leurs pouvoirs et la limite réelle de leur accomplissement », 

ne sommes nous pas en mesure de détecter, ici et maintenant les marchands d’illusion, « Nos chiens de garde à nous ne viennent pas de l'université. Certains ont lu Kant et parlent de philosophie, mais pour servir de bouffons cultivés aux dîners de la bourgeoisie. Ils aimeraient être Zola, mais pour accuser les victimes, ou Malraux, pour installer le désespoir » (S. Halimi). 

C’est la « fin de l’histoire » où nous sommes tous des « chiens heureux » (Fukuyama), nous sommes dans les 5 ordres du capitalisme, horizon indépassable, vanté par Comte-Sponville, nous sommes dans le comique troupier du fantaisiste méridional, Y. Montand vantant sur les télécrans le slogan « vive la crise » sous l’ère Mitterrand. 

Dans le monde lisse des philosophes de « tête de gondoles » on en revient toujours et encore à ce fatum dans lequel nous a embringué la philosophie idéaliste. La philosophie est une production et les philosophes produisent pour leurs maitres. Seuls les esclaves acceptent les maîtres, ou …. Se révoltent. Avons-nous le choix ? 

« Si l’amour de l’humanité est impuissant à faire sonner l’heure libératrice à l’Horloge fraternitaire - heure où le crime n’aura plus de place - l’indignation s’en chargera. Là haine est pure comme l’acier, forte comme la hache ; et si l’amour est stérile, vive la haine ! » Louise Michel.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

1 - Tout commentaire anonyme (sans mail valide) sera refusé.
2 - Avant éventuelle publication votre message devra être validé par un modérateur.

Sujet du Merc. 16/05 : Guerre économique, où sont les cadavres ?

Guerre économique, où sont les cadavres ? Si les mots ont encore un sens la guerre désigne un conflit armé entre deux nations. Donc ...