lundi 16 novembre 2015

Sujet du Merc.18/11 : Peut-on ne pas être soi-même ?



                    Peut-on ne pas être soi-même ?

 On ne peut pas ne pas être soi-même : je suis moi (il y aurait une contradiction logique à dire que je ne suis pas moi, que je n'est pas je). La conscience immédiate fait que je suis toujours moi parce que c'est le sentiment (le sentiment que je suis moi) qui définit la conscience et qui accompagne tous mes états conscients. Être, c'est être conscient. Être conscient, c'est avoir ce sentiment, cette certitude absolue, cette intuition que je suis moi (je ne peux pas être autre chose que moi-même, me vivre autrement que comme moi-même). Descartes - Méditations métaphysiques.  

Ce sentiment s'appuie sur la mémoire qui fait la continuité de mon identité - qui fait que j'ai une identité et une seule : je ne peux pas ne pas être moi car je ne peux pas devenir un autre - par la mémoire, je fais le lien entre mes différents états et je suis donc toujours moi. Locke - Essai sur l'entendement humain. Ce vécu permanent constitue ma subjectivité - qui fait mon identité (ce qui me définit et me distingue des autres). Or je ne peux pas sortir de ma subjectivité, je ne peux pas ne pas être moi au sens de percevoir, d'expérimenter, d'exister sous cette manière d'être dans le monde très particulière, qui est la mienne, qui fait mon identité et me définit. Merleau-Ponty - Phénoménologie de la perception.

On peut ponctuellement ne pas être soi-même et manifester extérieurement autre chose que ce que l'on pense être intérieurement. En société, nous jouons un rôle : dans les relations sociales, il y a une forme d'artifice, de convention, de polissage, nous ne sommes pas totalement nous-mêmes dans les relations sociales car nous ne sommes pas naturels (nous ne sommes pas spontanés, nous ne manifestons pas immédiatement ce que nous sommes mais nous filtrons – filtre de la politesse, de l'hypocrisie). Nietzsche - Le Livre du philosophe. Ou Pascal - Pensées. 

On pourrait aussi développer ici l’idée que nous ne sommes pas nous-mêmes dans la sphère sociale parce que nous n’y sommes pas un individu autonome, mais le membre d’un groupe dont nous recevons l’influence, influence qui nous détermine, nous transforme par rapport à ce que nous serions « naturellement ». Nous ne sommes alors pas nous-mêmes car nous sommes ce que la société produit en nous. Marx & Engels - L’Idéologie allemande, ou Bourdieu, par exemple. Ce décalage entre ce que nous sommes (notre identité qui nous définit, nous-mêmes) et ce que nous sommes (ce que nous manifestons extérieurement par nos actions) est possible car notre identité se joue dans notre intimité, dans notre subjectivité et n'est donc pas réductible, parfaitement exprimée dans nos actions. Merleau-Ponty - Phénoménologie de la perception. On ne peut pas ne pas être soi-même car même ce qui paraît ne pas nous ressembler, c'est encore nous.

Les actes inconscients dans lesquels nous ne nous reconnaissons pas forcément, sont quand même nous. Ce qui se manifeste dans ces actes qui nous échappent, c’est au contraire notre identité fondamentale, celle qui, certes, échappe à la conscience, mais qui nous définit. Freud - Cinq Leçons de psychanalyse.     
 
D'une manière générale, ce sont nos actes qui nous définissent même quand ils ne correspondent pas à ce que nous pensons ou voulons être. Sartre - L'existentialisme est un humanisme. "Je ne suis pas moi-même" constitue une excuse caractéristique de la mauvaise foi, derrière laquelle on peut s'abriter pour se déresponsabiliser de ce que l'on a fait et qu'on n'aurait pas dû faire ou qu'on aurait voulu ne pas faire, comme si nous n'en étions pas l'auteur - or l'auteur est toujours libre et responsable de ses actes.

Finalement, l'idée qu'on pourrait ne pas être soi-même vient d'une défaillance de la conscience (qui par mauvaise foi ou par ignorance ne nous permet pas de nous connaître). D'une manière générale il y a toujours un décalage entre ce que nous sommes et ce que nous pensons être mais cela signifie pas que nous ne sommes pas nous-mêmes mais plutôt que nous ne savons pas exactement qui nous sommes. Spinoza - Lettre à Schuller, Marx & Engels, L'Idéologie allemande. La représentation que nous avons de nous-mêmes a toujours un train de retard par rapport à ce que nous sommes réellement, ce que nous sommes devenus. Sartre - L'existentialisme est un humanisme.

Par Aïda N'Diaye in Philosophie Magazine

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

1 - Tout commentaire anonyme (sans mail valide) sera refusé.
2 - Avant éventuelle publication votre message devra être validé par un modérateur.

Sujet du Merc. 26 sept 2018 : « …..La religion c’est l’opium du peuple … » K. Marx

       « …..La religion c’est l’opium du peuple … »   K. Marx      Le titre de ce philopiste emprunte ses mots à un texte de K. Mar x ...