lundi 11 mai 2015

Sujet du Merc. 13/05 : Et si la liberté n’était pas le propre de l’homme ?





 « Le travail rend libre », c’est la devise de bien des camps de prisonniers de part les guerres et les révolutions…Celles et ceux qui défilent dans nos rues, que réclament-t-ils à leurs tyrans ? « Un peu de liberté ? » Un peu de liberté, c’est demander quelques maillons de plus à leurs chaînes !La petite chèvre de Monsieur Seguin de voulais pas d’une corde plus longue… elle désirait la liberté.Oui, au matin, le loup l’a mangée, mais quel intense plaisir a-t-elle eu, à savourer sa chère herbe, là haut, dans la montagne !Jean de La Fontaine a osé une fable très audacieuse avec « Le Loup et le Chien » :
 Un loup n'avait que les os et la peau,
Tant les chiens faisaient bonne garde.
Ce loup rencontre un dogue aussi puissant que beau,
Gras, poli, qui s'était fourvoyé par mégarde.
L'attaquer, le mettre en quartiers,
Sire loup l'eût fait volontiers ;
Mais il fallait livrer bataille,
Et le mâtin était de taille
À se défendre hardiment.
Le loup donc l'aborde humblement,
Entre en propos, et lui fait compliment
Sur son embonpoint, qu'il admire.
"Il ne tiendra qu'à vous beau sire,
D'être aussi gras que moi, lui repartit le chien.
Quittez les bois, vous ferez bien :
Vos pareils y sont misérables,
Cancres, haires, et pauvres diables,
Dont la condition est de mourir de faim.
Car quoi ? Rien d'assuré : point de franche lippée :
Tout à la pointe de l'épée.
Suivez-moi : vous aurez un bien meilleur destin. "
Le loup reprit : "que me faudra-t-il faire ?
- Presque rien, dit le chien, donner la chasse aux gens
Portants bâtons, et mendiants ;
Flatter ceux du logis, à son maître complaire :
Moyennant quoi votre salaire
Sera force reliefs de toutes les façons :
Os de poulets, os de pigeons,
Sans parler de mainte caresse. "
Le loup déjà se forge une félicité
Qui le fait pleurer de tendresse.
Chemin faisant, il vit le col du chien pelé.
"Qu'est-ce là ? lui dit-il. - Rien. -
Quoi ? Rien ? - Peu de chose.
- Mais encor ? - Le collier dont je suis attaché
De ce que vous voyez est peut-être la cause.
- Attaché ? dit le loup : vous ne courez donc pas
Où vous voulez ? - Pas toujours ; mais qu'importe ?
1887 : « Ne votez pas, car voter c’est se soumettre, c’est désigner soi-même son maître ; c’est dire : je suis une bête incapable de me conduire »…

- Il importe si bien, que de tous vos repas
Je ne veux en aucune sorte,
Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor. "
Cela dit, maître loup s'enfuit, et court encor.



Sommes-nous à préférer une chaîne, une longe, une corde, un collier, des gardes armés dans nos rues… à la liberté, au nom d’une « sécurité » ?
Étienne de La Boétie en est convaincu dans son « Discours de la servitude volontaire ».
Oui, il semble que la contrainte rassure.
L’assemblée Nationale vient de voter une loi limitant encore notre droit à naviguer sur la toile de l’internet au nom de la sécurité nationale…
Quand il n’est pas laïc, l’antagonisme entre « sécurité » et « liberté » se sublime dans la phrase de Saint-Augustin :
« Au paradis l’homme sera libre car il ne pourra plus pécher »…
Pour toute religion, la liberté c’est d’obéir à son dieu.
Et comme l’explique bien « La Controverse de Valladolid », celle ou celui qui ne se sent pas concerné par le dieu imposé par la force de l’autre, mérite naturellement la mort.

Voici quelques définitions de la liberté en regard de différents dictionnaires et encyclopédies dont « La Toupie » :

Etymologie : du latin liber, libre.
Le sens originel du mot liberté est d'ailleurs assez proche : l'homme libre est celui qui n'appartient pas à autrui, qui n'a pas le statut d'esclave.
La liberté est l'état d'une personne ou d'un peuple qui ne subit pas de contraintes, de soumissions, de servitudes exercées par une autre personne, par un pouvoir tyrannique ou par une puissance étrangère. C'est aussi l'état d'une personne qui n'est ni prisonnière ni sous la dépendance de quelqu'un.
La liberté peut être définie de manière positive comme l'autonomie et la spontanéité d'une personne douée de raison.
La liberté est la possibilité de pouvoir agir selon sa propre volonté, mais la contrainte s’annonce : dans le cadre d'un système politique ou social, dans la mesure où l'on ne porte pas atteinte aux droits des autres et à la sécurité publique.
Le léopard du Panthéon écrivait sur les murs de Paris en en 1887 : « Ne votez pas, car voter c’est se soumettre, c’
c’est désigner soi-même son maître ; c’est dire : je suis une bête incapable de me conduire »…



Les libertés deviennent, avec la société, plutôt conditionnelles sous différentes formes :
Liberté naturelle : en vertu du droit naturel.
Liberté civile : en respectant les lois.
Liberté politique : pouvoir exercer une activité politique, adhérer à un parti, militer, élire des représentants...
Liberté individuelle : droit de chacun d'agir librement sans encourir de mesures arbitraires (emprisonnement, astreinte à résidence, interdiction de se déplacer, etc.).
Utilisé seul, le terme "liberté" au niveau sociétal, recouvre à la fois la liberté individuelle, la liberté civile et la liberté politique.
Avec un substantif ou un adjectif, "la liberté ..." décline les principes de la liberté appliqués à un domaine. Exemples :
Liberté de conscience (choix d'une religion ou le refus d'avoir une religion),
Liberté du culte,
Liberté d'opinion, de pensée, d'expression (en matière politique, religieuse, philosophique),
Liberté de la presse,
Liberté de mouvement,
Liberté d'association,
Liberté syndicale,
Liberté économique,
Etc.
Ajouter un mot ou une explication pour désigner « une Liberté » fait perdre tout le sens même du mot « La Liberté »
Et le plus symbolique de ce conditionnement de « la liberté », c’est le tableau d’Eugène Delacroix :
« La Liberté guidant le peuple »… à la guerre, au combat, à la mort !

Dans la devise « Liberté, Egalité, Fraternité » de la République française (issue de la Révolution), le terme « liberté » sous-entend que la contrainte et le devoir ne peuvent venir que des lois établies par l'Assemblée nationale, librement élue par le peuple.
L’on donne au peuple de croire que la liberté se vote, en élisant les tyrans…

Qui a soif de liberté ?
D’après les essais attribués à Hakim Bey, notamment L’Art du Chaos et La TAZ ou la ZAT (Zone d’Autonomie Temporaire), à part les pirates — étymologiquement, les audacieux — il n’y a pas grand monde.
L’audacieux est celui qui entreprend… et pour entreprendre, il faut apprendre.
Pour apprendre, nous avons besoin de magisters qui ne soient pas des dominus…
Seul, l’humain cherche la sécurité qui s’associe toujours à la contrainte.
En bonne compagnie, dans l’amour de la rencontre, où chacun se considère, la vie prend sens.
Un loup n’attaque pas deux chèvres ensembles et solidaires.

« La liberté commence où l'ignorance finit » nous dit Victor Hugo…


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

1 - Tout commentaire anonyme (sans mail valide) sera refusé.
2 - Avant éventuelle publication votre message devra être validé par un modérateur.

Sujet du JEUDI 14/11/2019 : Est-ce que Nietzsche ou Woody Allen peuvent nous aider, quant à notre perception de l’Homme ?

ATTENTION : EXCEPTIONNELLEMENT LE CAFE PHILO SE TIENDRA LE JEUDI 14/11 ET PAS MERCREDI ! Est-ce que Nietzsche ou Woody Allen peuvent ...